Des statistiques de vente battent les records cette année.

Cet engouement est du non seulement à l'extraordinaire couverture de neige cette année mais aussi aux effets de la crise financière. La quantité de neige engendre les ventes. TSL Outdoor, une entreprise locale de La Clusaz, détient la plus grosse part du marché mondial de vente de raquettes à neige. Il préconise la vente de 200,000 paires cette année due aux conditions exceptionnelles de la neige mais aussi du à la popularité grandissante pour ce sport.

Ceux qui le pratiquent ont tendance à être plus âgés et le font en famille. Ce sont souvent des jeunes retraités de plus en plus en excellente forme physique. Une semaine de ski alpin est un gros budget pour beaucoup de familles. Par contre l'achat d'une paire de raquettes à neige est un achat unique et n'entame pas trop le portefeuille: pas besoin d'achat de forfait de remonte pentes.

Il suffit de neige profonde et vous êtes tout de suite en pleine nature, vous et la montagne.

Sabine Gillet fut initiée aux raquettes quand elle travaillait à Vail, Colorado, il y a dix ans. Pour Sabine "c'est génial, si paisible et tellement beau mais ça peut être fatiguant. C'est à vous de décider - d'aller où ça vous chante et de le rendre aussi difficile ou facile selon vos envies. Ca peut ressembler à l'alpinisme, une course nordique ou à une belle promenade. C'est votre choix." Comment le comparer au ski alpin ? "Aucune comparaison. Le ski de descente, c'est beaucoup d'agitation et souvent la foule. En raquettes vous partager la même montagne sans le stress."

Gaël Bouquet des Chaux est le responsable de ce sport auprès de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade -FFME. Il nous explique "beaucoup de gens font de la randonnée pédestre en montagne en été et se tournent naturellement vers la raquette en hiver. Une faible minorité participent à des courses, mais pour la plus part c'est une belle expérience pour les amoureux de la montagne."

Gaël est guide de haute montagne et un alpiniste réputé ainsi que dédié à l'écologie. Il insiste sur le lien entre le respect de l'environnement et la pratique de la raquette à neige. Il affirme que 500 athlètes de haut niveau participant à une course d'une demi-heure peuvent contribuer à détériorer l'environnement. Par contre la grande majorité des ceux qui font de la raquette ne cherche qu'à profiter d'un bon sport dans une si belle nature.

Il insiste sur la nécessité de respecter la montagne. Il ne faut pas penser que parce que vous vous promenez en raquettes tranquillement qu'il n y a pas de danger. Deux accidents graves ont dernièrement fait la une des journaux en France. L'un au Mont d'Olme en Ariège, deux pratiquants de raquettes hors pistes ont déclenché une avalanche qui causa la mort d'un
septuagénaire et blessa trois autres skieurs. Dans la vallée d'Ossau dans les Pyrénées Atlantiques, un homme de trente ans, toujours hors pistes fut tué par une avalanche. De plus on a critiqué des pratiquants de ce sport d'avoir endommagé des pistes de ski de fonds. Il conseille "si vous ne connaissez pas l'endroit prenez un guide ou intégrez vous a un groupe qui le connaît."

Gaël est très optimiste quant à l'avenir de ce sport. Cependant il ne s'attend pas à le voir aux jeux olympiques d'hiver d'ici peu.

La Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade FFME; régie la raquette à neige en France. Leur site web est plein de bons renseignements ainsi que d'événements futurs. www.ffme.fr