Bientôt, les vacanciers vont envahir les stations, impatients de retrouver leurs sensations de glisse.
Pour les accueillir, et pour que la magie opère sans attendre, le décor doit être parfait : remontées mécaniques réaménagées ou renouvelées, structures d’accueil rénovées pour les salariés, pistes enneigées, damées, forfaits adaptés à chacun, personnel à l’écoute …

Tous les domaines skiables se mettent en ordre de marche pour être au rendez-vous des attentes de la clientèle. Se faire plaisir, dévaler des pistes, remonter confortablement, skier aux heures qui conviennent, au meilleur prix et sans jamais attendre. Les domaines skiables ont bien compris quels sont les atouts gagnants!

   

Comment les domaines skiables réussissent-ils ce pari ?


Pas de répit pour les domaines skiables, le travail démarre dès la fin de la saison en avril.

Au programme :
Le déploiement d’importants travaux et la préparation de la saison (300M€ sont investis chaque année sur les domaines skiables) :
- Contrôle et amélioration technique des remontées mécaniques : renouvellement, réaménagement, maintenance, entretien ;
- Travaux de pistes : profilage, épierrement, pose et entretien du matériel de sécurisation ;
- Améliorations organisationnelles : système de management de la qualité, de la sécurité, de l’environnement ;
- Formation et embauche des personnels ;
- Commercialisation de la prochaine saison.

   

Contrôle des remontées mécaniques


>> 13% des investissements des domaines skiables

Les entreprises des domaines skiables profitent de l’été et de l'automne pour procéder aux grandes inspections réglementaires.

- En période d’exploitation, l’opérateur réalise des contrôles et essais journaliers (effectués avant l’ouverture au public), hebdomadaires et mensuels, pour s’assurer du bon fonctionnement des appareils.

- En dehors des périodes d’exploitation, il réalise ou fait réaliser par une société spécialisée une inspection annuelle.

- Les Bureaux Départementaux des Remontées Mécaniques (services de l’Etat) vérifient que les aménagements des remontées garantissent une bonne sécurité. Ils assurent le suivi des contrôles effectués par l’exploitant et ses sous-traitants.

   

Renouvellement ou installation de nouveaux appareils


>> 40% des investissements des domaines skiables

L’investissement reste une donnée-clé de l’attractivité des domaines skiables. Il faut sans cesse renouveler et installer des appareils plus performants, plus confortables et plus rapides. C’est dans l’intérêt de l’ensemble des acteurs en stations (hébergeurs, commerçants, moniteurs, etc.) que le domaine skiable se modernise pour rester attractif.

De la définition du projet à l’étude d’impact et à la mise en place sur le terrain, la route est longue : appels d’offre, sélection des fournisseurs, fabrication des équipements par les constructeurs, conduite du chantier, mise en service. Sans oublier les phases de test indissociables de la sécurité des nouveaux équipements.

Coût moyen d’un télésiège 6 places débrayable neuf : 6M€.

  

Neige de culture


>> 19% des investissements des domaines skiables

Comme tous les équipements du domaine skiable, les enneigeurs doivent être entretenus et vérifiés très régulièrement. De nombreux travaux sur les réseaux de pistes, sur les installations d’enneigement, dans les locaux de pompage sont effectués chaque année. Avec les progrès technologiques, des enneigeurs plus performants utilisant moins d’eau et moins d’énergie, sont régulièrement installés en remplacement des plus anciens.

Les quelques 120 réserves d’altitude dédiées à la fabrication de neige sur le territoire français sont également sous monitoring durant l’été. Le remplissage commence par ruissellement dès le printemps, lors de la fonte des neiges.

La principale campagne d’enneigement commence environ 1 mois avant l’ouverture des stations. En effet : 80% de la neige de culture est fabriquée avant l’ouverture du domaine skiable. Il s’agit avant tout de produire un matelas de neige, une sorte de sous-couche « anti-crevaison » qui améliorera grandement la tenue du manteau neigeux qui la recouvre dès les premières chutes de neige.

Quelques chiffres significatifs
- 18 millions de m3 pour la neige de culture sur toute la France soit 1 piste sur 5.
En comparaison de :
* 40 millions de m3 pour le maïs dans un seul département des Alpes du Nord (l’Isère)
* 25 millions de m3 perdus dans l’adduction en eau potable dans un seul département (Haute Savoie)
* 35 millions de m3 rien que pour l’appoint en eau pour le remplissage des piscines en France

  

Travaux de pistes


>> 6% des investissements des domaines skiables

Ouverture de nouvelles pistes : Le tracé de nouvelles pistes se fait du printemps à l’automne et nécessite la mise en oeuvre de moyens importants. Les domaines skiables proposent également des pistes à thèmes qui sont aménagées avant l’arrivée des skieurs. Très tendance : les pistes pour la discipline montante du skicross avec virages relevés et autres modules ludiques, ou espaces dédiés au freestyle sont modelées en avant-saison.

Entretien des pistes : Ré-engazonnement, nettoyage et broyage des déchets forestiers, poses de drains, etc. : les travaux d’entretien des pistes sont essentiels pour garantir le maintien du manteau neigeux dès les premières chutes de neige.

Sécurité des pistes : Dès l’automne, il faut remettre en place les équipements de sécurité qui ont été démontés pour l’été (matelas, filets, etc.). Les systèmes de sécurité avalanches (catex, gazex) nécessitent eux aussi des contrôles, tout comme le fonctionnement des appareils de communication radio et des procédures associées. C’est la garantie « sécurité » des skieurs.

  

Engins de damage


>> 12% des investissements des domaines skiables

Le damage est une des clés de la qualité des pistes. Les dameuses et les équipements annexes (câbles, motoneiges…) sont donc révisés, réparés et éventuellement remplacés avant l’ouverture.

Ces travaux sont effectués par les mécaniciens des entreprises et par des entreprises sous-traitantes. Dans les garages, les procédures de traitement des déchets, de diminution des consommations des engins sont améliorés et adaptées à de nouveaux objectifs.

Un engin de damage coûte entre 200 000€ et 300 000€ et dure en moyenne 5 ans.

  

Promotion


Le travail de promotion d’une saison d’hiver commence très tôt.
Dès le printemps, les nouveaux tarifs, les nouveaux forfaits, chacun adapté à un segment de clientèle particulier, les informations sur les évolutions du domaine skiable, les améliorations commerciales (bornes mains libres, cartes rechargeables sur internet…) sont mis en place, de manière à pouvoir être communiqués dès l’été dans les brochures de l’hiver.

Ce travail de réflexion, d’élaboration et de mise en place de l’offre commerciale du domaine skiable se fait en coopération avec les autres partenaires de la station (offices de tourisme, écoles de ski, hébergeurs).

   

Personnel


Sur les 19 000 salariés des entreprises de remontées mécaniques et de domaines skiables, entre 20 et 25% sont embauchés à l’année. Il peut s’agir de métiers permanents mais aussi de bi-activité.

Une partie du personnel permanent est affecté à des travaux techniques en dehors de la saison d’exploitation d’hiver.

Les procédures d’embauche et d’affectation du personnel saisonnier et leur formation en amont de l’ouverture mobilisent l’entreprise durant une bonne partie de l’intersaison. Comme dans toute entreprise, une grande partie du temps est consacrée à la vie de l’entreprise : bilan, conseil d’administration, budgets, organisation, RH, formation continue…