Statistiquement, les hivers impactés par "la Niña" bénéficient de 52% de neige en plus que les hivers durant lesquels ce phénomène météo n'est pas obervé. Voilà ce sur quoi les météorologues du continent nord-américain s'appuient pour affirmer que l'hiver 2011/2012 connaîtra de très fortes chutes de neige. On ne demande pas mieux...

La Niña est de retour ?

La Niña est un phénomène météo que l'on observe de façon cyclique et qui, en opposition au phénomène "El Niño", se traduit par des températures de surface de la mer anormalement froides. Il résulte d’un dérèglement atmosphérique que l’on arrive mal à expliquer et qui revient périodiquement. Les eaux déplacées forment un grand courant marin d’une taille comparable à une fois et demi celle des États-Unis. Les épisodes La Niña surviennent tous les 4 à 5 ans et durent généralement 1 à 2 ans.

Alors neige ou pas neige pour l'hiver 2011/2012 ?

Niña ou pas Niña, nos anciens n'ont pas attendu les météorologues nord-américains pour se faire une idée sur la rigueur des hivers et bien souvent c'est dans la nature qu'ils recueillent quelques indications que chacun s'empressera d'interpréter à sa façon. En voici quelques exemples...

- Hauteur des fleurs de gentianes : plus la gentiane est grande plus il y aura de neige
- Les noisettes : si les noisetiers produisent beaucoup de noisettes, l'hiver sera rigoureux
- Les noix : s'il y a des noix, l'hiver sera froid
- Les fourmis : si les fourmis font de gros tas, un dur hiver viendra

 

A en croire la taille des gentianes cet été (certaines atteignent 1,80 m...) et les noisetiers dont les branches plient sous le poids des noisettes, l'hiver 2011/2012 s'annonce donc neigeux !!!