Article paru dans l'Est Républicain le 28 avril 2011
     

Après un hiver difficile, l’association des téléskis d’Entre-les-Fourgs doit vendre

Faute de rentrées d’argent suffisantes, les membres de l’association des téléskis sont contraints de vendre leur station… Pour l’euro symbolique, en contrepartie de l’engagement de poursuivre l’activité. « Nous sommes coincés. La fréquentation baisse depuis que les hôtels et restaurants ont fermé. Aujourd’hui, c’est difficile de faire venir du monde », explique Isabelle Girard, secrétaire de l’association.

Or, en parallèle, la loi oblige une révision complète des téléskis tous les trente ans. Montant total des travaux : 80.000 euros. Que la station familiale n’a pas sous son matelas. « Le conseil général propose de nous subventionner en partie mais à condition que des infrastructures touristiques soient installées… » Le serpent se mord donc la queue. Depuis la création de la station, en 1954, les habitants du hameau se mobilisent pour faire vivre leur station et ainsi permettre à leurs enfants d’apprendre à skier, quasiment juste devant leur porte. « Mais nous voulons aussi faire découvrir la station, perchée au milieu de la montagne. En haut, à 1.250 m d’altitude, on peut voir les Alpes ! »

  

Tous bénévoles

Leurs quatre pistes et leurs deux remontées mécaniques ont longtemps fait le plein, surtout lorsque la maison des pupilles, sorte de centre aéré, était hébergée dans le village. Et ce d’autant plus que la station possède également des pistes de fond et de raquettes, que le repreneur pourra tracer, grâce à la dameuse vendue dans le pack pistes et téléskis. Car quoi qu’il en soit, l’exploitation de la station n’est pas un gouffre sans fond. Pendant plusieurs années, elle a même été rentable à hauteur de 40.000 euros, au début des années 2000. Et cette année, les bénéfices sont estimés à 9.000 euros. Mais l’association ne peut pas se lancer dans ces investissements. « Surtout que tous les 5 ans en moyenne, il y a des choses à changer pour des raisons de sécurité. »

De plus, les acteurs de la station sont tous bénévoles, parfois depuis plus de trente ans. Quatre mois de l’année, ils tirent une croix sur leurs week-ends, leurs mercredis et leurs vacances. Même s’ils sont aidés par un salarié qui part prochainement en retraite. « Et nous ne retrouverons jamais quelqu’un d’aussi dévoué. »

Avec un peu de moyens, humains et financiers, il y a donc de belles choses à faire à Entre-les-Fourgs. Surtout que, à l’instar de ce qu’ont fait d’autres stations familiales du secteur, il est possible d’investir (seulement) 18.000 euros pour l’achat des pièces de rénovation des téléskis. Les 62.000 restant étant dus à la main-d’œuvre pour le montage et le démontage. Donc avec un peu de savoir-faire, c’est vraiment une affaire ! 

  
Article paru dans l'Est Républicain le 28 avril 2011