A première vue, il ne se passe pas grand-chose en ce moment en station. Pourtant c'est une véritable course contre la montre qui vient de s'engager pour tous ceux qui contribueront au bon déroulement de votre prochain séjour au ski...

 

Dans les restaurants d'altitude


A quelques semaines de l'ouverture du domaine skiable, les restaurants d'altitude s'affèrent aux dernières taches avant le grand rush des skieurs : un coup de pinceau par içi, une extension de la terrasse par là, la remise en route du circuit d'eau… mais le gros du travail consiste surtout à anticiper et à amasser les stocks de marchandises pour l'hiver.

Ainsi, un maximum de denrées non périssables (boissons, sucre, farine…) et tout le menu matériel (couverts jetables, serviettes en papier…) doivent, dans la mesure du possible, être stockés. Il s'agit de ne rien oublier car une fois la neige installée, l'approvisionnement prend une toute autre tournure.
Et c'est justement le cas depuis quelques jours : avec l'arrivée des premiers centimètres de neige en altitude, tout s'est soudain compliqué : impossible d'accéder aux restaurants d'altitude en voiture/camion (c'était pourtant bien pratique pour les livraisons…). Mais le travail ne s'arrête pas pour autant, on change simplement de moyen de locomotion : les motoneiges et autres dameuses se chargent maintenant de monter les dernières livraisons en altitude (et gare à celui qui a oublié de faire remplir la cuve de fioul avant l'arrivée de la neige… il va se faire taper sur les doigts !)

 

Dans les hôtels et les résidences


Le mois de novembre est généralement celui des réceptions de travaux dans les structures d'hébergement. On a profité de l'intersaison pour rafraîchir quelques appartements, pour installer une nouvelle chaudière ou bien encore pour mettre en service un réseau wifi dans toutes chambres. Mais les semaines de travail ne comportent que 5 jours et tout doit être achevé avant l'arrivée des premiers vacanciers dans moins d'un mois maintenant.

Autant dire que tout le monde est sous pression et qu'on travaille souvent tard le soir en ce moment quand on est responsable d'une structure d'hébergement en station…

 

Dans les ski shops


Si des piles de cartons s'amoncellent dans les rues des stations de ski en ce moment, ce n'est pas à cause de la grève des éboueurs… il s'agit simplement des ski shops qui reçoivent jour après jour leur livraison de matériel (ski, chaussures, vêtements, accessoires, lunettes, masques…). Et croyez-moi, ça représente un sacré volume et une bonne partie de plaisir pour tout déballer, répertorier, étiqueter et enfin mettre en rayon.

 

Dans les écoles de ski


La gestion du planning et du personnel, voila la principale tache des écoles de ski en ce moment. A l'approche de la saison, il faut évidemment recomposer son équipe de moniteurs et commencer à planifier les leçons de ski pour lesquelles les premières réservations sont déjà confirmées. Et depuis quelques jours, le téléphone sonne sans interruption : comme chaque automne, l'arrivée de la neige donne un vrai coup d'accélérateur à l'activité et il faudra maintenant patienter jusqu'à la fin de la saison d'hiver pour voir le calme revenir dans les écoles de ski.

 

Sur le domaine skiable


Un grand nombre de stations (pour ne pas dire toutes) emploient des salariés chargés de la maintenance des remontées mécaniques à l'année. De ce fait, le gros du travail de révision et de mise aux normes des remontées mécaniques se fait aux beaux jours. Novembre est plutôt consacré à la mise en service des nouvelles installations (derniers tests sous charge, aménagements des abords…) ainsi qu'à la sécurisation du domaine skiable (installation des matelas de protection, balisage…).

Si les températures le permettent, le mois de novembre (à partir de sa deuxième quinzaine) est aussi consacré à la production de neige de culture. Chaque nuit les canons à neige produisent des monticules de neige qu'il s'agit de répartir au mieux sur les pistes « stratégiques » (celles qui permettront de fluidifier au maximum « l'écoulement » des skieurs tout au long de la saison à venir.

Côté coulisses, on réinitialise les systèmes de billetteries, on participe aux derniers salons dédiés à la montagne qui se déroulent un peu partout à travers l'Europe et surtout on s'affère à recruter le nombre nécessaire de saisonniers pour assurer le bon fonctionnement de la station (hôtesses d'accueil, hôtesses de caisse, perchmans, pisteurs secouristes, conducteurs d'engins de damage…).