Une protection solaire quasi identique.


La priorité absolue sur les pistes de ski est la protection des yeux contre les rayons U.V. et la luminosité. Pour garantir une protection de qualité, les fabricants proposent des verres en constante évolution qui mélangent protection contre les rayons et  contre les éblouissements (qui peuvent causer une ophtalmie des neiges.).
Qu’il s’agisse d’un verre de lunettes de soleil ou d’un écran de masque de ski, la protection sera la même à indice égal. Il faudra simplement veiller à choisir un verre appartenant à la catégorie adaptée aux conditions climatiques.

Le second point concerne l’aspect couvrant que doit avoir la protection choisie, afin d’éviter le passage de rayons solaires entre le visage et les verres. En effet, ces rayons ne sont pas filtrés par le verre et constituent une menace majeure pour les yeux. Il faudra donc veiller à choisir une paire de lunettes couvrant le plus possible les yeux.
Ce problème ne se pose pas avec un masque de ski puisque celui-ci épouse les formes du visage. De plus la présence d’une mousse sur le pourtour du masque permet d’éviter toute infiltration de rayons garantissant une meilleure protection pour le porteur.

La protection solaire est donc sur le papier identique, mais dans la pratique le masque s’avère plus efficace car très peu de lunettes de soleil parviennent à couvrir autant le visage que le masque.


La protection contre les intempéries


Lorsque l’on skie, le visage est exposé à de nombreuses intempéries comme le vent ou la neige. Vu les températures souvent négatives, le contact du vent froid sur les yeux peut engendrer des irritations, brûlures et larmoiements. Les lunettes de soleil ne faisant pas corps avec le visage du porteur, elles laissent systématiquement passer un courant d’air contrairement aux masques de ski qui conservent les yeux à une température normale.
L'infiltration de neige entre les yeux et les lunettes est également un élément qui peut s’avérer très désagréable. Ces infiltrations peuvent provenir soit d’une chute de neige, soit des projections des autres skieurs ou encore d’une chute dans de la neige fraîche. Encore une fois, les lunettes laissant un espace vide entre le visage et les verres, sont propices à ces infiltrations tandis que le masque protégera efficacement, gardant les yeux au sec.

Par ailleurs, certains masques de ski permettent d’améliorer la visibilité par mauvais temps. Ainsi, un écran de couleur orange ou brun améliorera le contraste (les reliefs seront plus visibles) tandis qu’un écran jaune augmentera la luminosité (en général recommandé pour le brouillard ou le jour blanc).

Le point va ici au masque de ski, pour sa protection plus élaborée et son amélioration de la visibilité par mauvais temps.


Le maintien sur le visage


Lors d’une chute, les lunettes de soleil ont une fâcheuse tendance à tomber. Lorsque l’on se trouve sur piste, cela ne pose pas de problème, mais lors d’une chute en poudreuse, il n’est pas rare de devoir dire adieu à sa paire de lunettes de soleil. Le masque de ski, grâce à sa sangle élastique reste fixé sur le visage quelles que soient les conditions, même lors d’une chute.

Incontestablement, le point va au masque de ski.

  

L’adaptation avec le casque


Les casques de ski sont de plus en plus fréquents sur les pistes. En effet, la protection prodiguée par celui-ci est un gage de sécurité non négligeable qui peut dans le meilleur des cas vous sauver la vie (ou simplement vos vacances). Les masques de ski ont eu la réputation de ne pas être compatibles avec le port du casque. En effet la largeur de certains modèles ne permettait pas un ajustement optimal et laissait par conséquent des jours le long des joues et sous les yeux. Les lunettes de soleil ne sont pas concernées par ce phénomène car leur largeur est systématiquement inférieure au casque de ski. Cependant, les masques de ski modernes possèdent des systèmes de ventilation élaborés qui font corps avec le casque et permettent ainsi une ventilation totale partant de l’avant du masque et se terminant à l’arrière du casque. Cette adaptation parfaite permet également d’éviter que la peau au dessus des yeux soit nue face au froid. Le masque et le casque forment une véritable barrière contre le froid pour tout le haut du visage.

Par ailleurs, ces systèmes de ventilation entraînent une circulation de l’air améliorée, limitant le risque de formation de buée et permettant la régulation de la température dans le casque.

Le point va encore une fois au masque de ski.

 

Résultat du match masques de ski vs lunettes de soleil


Le masque de ski ressort en grand gagnant de ce duel, faisant de lui l’arme idéale pour pratiquer le ski et se protéger les yeux. Il faut dire que si tous les professionnels (mis à part certains moniteurs de ski) l’ont adopté c’est qu’il y a bien une raison. Les lunettes de soleil, quelle que soit leur catégorie ne sont pas adaptées à une pratique fréquente du ski. Le risque de chute, le manque de protection face aux éléments extérieurs (le froid notamment) et le manque de ventilation les relèguent au second rang. Elles seront toutefois adaptées à une pratique occasionnelle (1 à 2 sorties par an). Cependant, les lunettes ne sont pas à oublier définitivement en hiver. Elles sont parfaitement adaptées à la pratique du ski de fond, de la raquette ou encore aux bains de soleil en bordure de piste.