Quelles sont les raisons du succès rencontré par la freerando ? En quoi consiste au juste cette nouvelle pratique et comment s'initier?

Avec l'évolution du matériel, des skis plus larges et faciles à rider sont apparus. Le freeride s'est démocratisé, car nécessitant moins de technique qu'auparavant. Ainsi, le ski en neige poudreuse n'est plus réservé aux bons skieurs et la pratique s'est largement répandue. À proximité des pistes, il devient rare de trouver des pentes vierges et il est désormais nécessaire de pousser un peu plus loin pour faire sa trace. Prolonger la montée du télésiège par ses propres moyens pour accéder au sommet du domaine et à des pentes préservées plus lointaines, voilà le credo de la freerando.

 

Freerando, naissance d'une nouvelle pratique


L'origine du terme Freerando provient de la contraction des mots «freeride » et « randonnée», présentant ainsi une nouvelle pratique mixant le meilleur de ces deux disciplines.

Contrairement au ski de randonnée classique qui prône l'effort physique plus que le plaisir de la glisse, la freerando inverse cette tendance en privilégiant les sensations à la descente. L'ascension est plus courte et ne devient qu'une étape pour accéder aux pentes vierges visées. Les meilleurs itinéraires de freerando affichent ainsi un ratio montée/descente avoisinant 1/4 de dénivelé positif (ascension) pour 3/4 de dénivelé négatif (descente).
La motivation est donc toute trouver lorsque gravir 250 mètres de dénivelé positif vous permet de rider une pente vierge qui en totalise 750...

Puisque la part belle est donnée à la descente, les pratiquants de freerando peuvent se permettre d'utiliser des skis plus larges et pour savourer la descente en neige profonde, et bien plus légers que des skis freeride pour faciliter la montée.

Dès lors, un nouveau profil de pratiquants, plus jeune et branché, est apparu en dehors des sentiers battus, aux côtés des randonneurs classiques aguerris.

 

Les raisons du succès de la freerando


Comment expliquer le fait que des freerideurs aient envie de se mettre à la rando alors que de coutume ils sont plutôt partisans du minimum d'effort ? Leur principale quête étant de rider des pentes vierges. On les reconnaît à leurs skis larges et à leurs tenues techniques colorées. Comment s'imaginer les voir évoluer dans le sens de la montée avec le talon relevé ?

Simplement, la freerando a su s'adresser à ces glisseurs modernes en reprenant les codes du freeride et les dernières tendances freeski pour créer une pratique bien plus sexy que le ski de randonnée classique. La freerando est, en effet, une pratique dans l'air du temps qui répond aux tendances actuelles de retour au naturel, de liberté et d'évasion (à l'écart de la foule des stations de ski). « De nos jours, la tendance est d’avoir une certaine hygiène de vie et une bonne condition physique… alors avec l’arrivée de la freerando, tout skieur essaye de s’adonner à cette nouvelle pratique », nous confie Charles Dubouloz (responsable marketing Wintersports chez Scott).

La tendance du retour au naturel n'est bien évidemment pas la seule explication. Les marques y sont pour quelque chose et ont joué un rôle décisif. Avant l'engouement des pratiquants, le phénomène freerando a débuté par le développement du matériel et la mise en valeur des produits par les marques. « La pratique est bien différente du ski traditionnel et demande une meilleure connaissance de la montagne et un matériel adapté », annonce Charles. Sur le deuxième point, les marques sont en effet porteuses de l’engouement « en communiquant davantage sur leurs produits innovants et sur cette nouvelle façon de skier ».

Équipés, les rideurs professionnels ont emboîté le pas en tournant des images aux quatre coins du monde en quête de pentes vierges avec moins d'hélico et d'avantages de passages en freerando. Valorisée, l'image de la freerando est vite devenue tendance et fun. Même les fabricants de snowboard s'y sont mis avec la création du splitboard.

 

Où découvrir et s'initier à la freerando ?


Franchir le pas lorsque l'on ne connaît ni le matériel, ni les risques liés à l'évolution en dehors des pistes balisées, peut souvent refroidir. Face à une demande croissante, des découvertes encadrées et des espaces dédiés ont vu le jour dans la majorité des massifs. Car avant de vouloir pratiquer seuls, il est important d'acquérir une certaine connaissance de la montagne et des risques liés à la pratique.

Initié en 2013 en Chartreuse, le concept « Espace Ski de rando » est désormais en place dans 3 stations : Saint Pierre de Chartreuse (Isère), l'Alpe du Grand Serre (Isère) et Réallon (Hautes-Alpes). Ce concept a été créé pour initier les débutants en toute sécurité en proposant un espace pédagogique, des itinéraires très abordables, du matériel en prêt (skis, kit sécurité, vêtements), un DVA-parc pour s'entraîner à la recherche de victimes en avalanches,...

> En savoir plus sur http://www.espace-skiderando.com


En Maurienne, une équipe de guides basée à Orelle baptisée « Maurienne Hors Pistes » propose plusieurs packs Freerando de différents niveaux, à partir de 63 euros la journée. La prestation comprend l’accompagnement par un guide et le prêt de matériel (kit de sécurité et skis adaptés).

> En savoir plus sur http://www.mauriennehorspiste.com


On retrouve également aux Contamines, aux Menuires, à Albiez, Courchevel, Saint-Gervais... des stages d'initiation à la freerando encadrés par des professionnels (guides ou moniteurs ESF) pour évoluer en toute sécurité.

Des magasins de ski sont également à l'initiative d'événements avec test du nouveau matériel. Le shop grenoblois « Montagne, Nature et Style » organisait, par exemple, en début de saison le « Freerando Day », aux 7 Laux.