Tandis que le printemps pointe le bout de ses spatules, que les journées se prolongent et que le manteau neigeux reste pour le moins conséquent sur la plupart des massifs des Hautes-Alpes, c’est peut-être le moment de s’essayer au ski de randonnée.

 

Le printemps, la saison idéale pour la pratique du ski de randonnée


Sous la conduite d’un guide de haute-montagne ou d’un moniteur de ski mais aussi pour tous les autres, skieurs confirmés voire chevronnés, les formules sont multiples, avec des sorties de quelques heures à plusieurs jours. Pourquoi ne pas rejoindre alors, les refuges ouverts notamment en hiver en ski de rando où en raquettes. Une expérience inoubliable. Une occasion de se dépasser avec un sport complet (tous les muscles et les articulations sont sollicités) et accessible, tout en évoluant dans des paysages d’altitude immaculés avant la récompense : celle de goûter à une étape conviviale et privilégiée en refuge pour un repas ou pour une nuitée, seul, en famille ou entre amis.

Au-delà des versions plus sportives du ski-alpinisme comme la course du Grand Béal (Arvieux en Queyras le 2 Avril), nombreux sont les évènements liés au ski de randonnée organisés au fil de la saison par les stations mais aussi par des prestataires d’activités (guides de haute montagne, refuges, Tour-Opérateurs...). Des courses, excursions et animations accessibles au plus grand nombre, désireux de découvrir ce plaisir de pleine nature et de vivre la montagne autrement au soleil du Printemps.

Dans les Hautes-Alpes, les retombées économiques de cette activité sont d’ailleurs loin d’être négligeables (+ de 10.000 nuitées en Avril par exemple sur le seul massif du Queyras). Grâce à sa météo favorable et à sa situation géographique en altitude au cœur de l’arc alpin, le département est considéré comme la « Mecque du ski de randonnée ».

Le Massif des Écrins, les Cerces (Névache), le Queyras, le Dévoluy ou le Parpaillon (Embrunais) sont autant de spots à pratiquer jusqu’au mois de mai (selon l’enneigement). Et les stations ne sont pas en reste, proposant des itinéraires permanents à Serre Chevalier et Vars, au Pays des Écrins ou dans le Champsaur-Valgaudemar. Enfin, une trentaine de refuges sont d’ores et déjà ouverts, prêts à accueillir leurs visiteurs et skieurs/randonneurs d’un jour. Certains d'entre-eux ouvriront leurs portes dès ce week-end, en particulier les refuges des Écrins, du Glacier Blanc, Adèle Planchard, l'Alpe de Villar d'Arène ou sur réservation.

Alors, prêts pour l’expérience ? Prêts à endosser les « peaux de phoque » ?