1er octobre a eu lieu au siège de la F.F.S, la première formation des "personnes-relais" dans la nouvelle campagne contre le tabac à chiquer.

Face à une consommation croissante du tabac à chiquer au sein de la population des skieurs français, cette campagne n'a pas de visée répressive mais doit permettre à chacun d'échanger pour anticiper sur les processus qui amènent à la consommation et mieux connaître les effets induits par celle-ci.

Des supports de communication (tours de cou, autocollants) seront diffusés dès la rentrée pour sensibiliser le milieu fédéral à cette problématique de santé.

 A partir de septembre prochain, tous les mois, une action de formation sera ouverte aux volontaires qui souhaitent s'investir dans cette campagne (entraîneurs, dirigeants, parents, athlètes, encadrement paramédical et médical,...).

Sous l'égide de la commission médicale, cette campagne est conduite par le Département Sportif et Scientifique qui a pu mener une étude sur les facteurs de vulnérabilité chez le consommateur de "snus" au sein de la FFS.

Interrogé par Onthesnow.fr Emilie Pelosse de la FFS a nié qu'il y avait un problème particulier parmi les skieurs mais a expliqué que la fédération voulait alerter ses membres au fait que l'usage du tabac à chiquer n'est pas anodin. Elle a insisté surtout sur l'incidence de cancer de la bouche qui est lié à la pratique.