Trop loin des stations pour être facilement rentable, l'avenir de la piste bobsleigh de La Plagne est sous surveillance. C'est la seule en France.

La disqualification d'Annecy pour les Jeux Olympiques de 2018,  a posé la question de son avenir. Tout a été étudié, même l'hypothèse d'un démontage, retoquée en raison de son coût astronomique (au moins 10 millions d'€, sans compter la remise en état du site). Les investissements conséquents des collectivités locales en 2007 et 2008 (6 millions d'€) n'ont apparemment pas permis de faire décoller l'activité de la piste. 

Les recettes touristiques de la piste n'assurent que 70% du budget de fonctionnement. La raison majeure : l'isolement de la psite qui reste à l'écart des stations. Pour attirer davantage de vacanciers, il faut encore "développer l'image, relancer la compétition" et lui donner "un sportif comme vitrine". Bruno Mingeon, multiple médaillé et porte drapeau de l'équipe de France à Turin a été sollicité. Il est maintenant "consultant sportif". Il est actuellement l'entraîneur de l'équipe de Monaco dont le Prince Albert est un ami.

Malgré les bons résultats de Mingeon à la fin des années '90 - Champion du monde et Champion d'Europe - la France reste une petite nation dans une discipline traditionnellement dominée par l'Allemagne et la Suisse. Les moyens financiers ne suivent pas et jusqu'à maintenant, le bobsleigh français n'arrive pas à suivre les évolutions techniques de ses adversaires. Le but ultime serait d'associer les Fédérations Françaises de Bobsleigh et de Skeleton ainsi que les Sports de glace, et de mettre en place une équipe de France, basée à La Plagne.