La neige artificielle, ou plus exactement la neige de culture, est essentielle pour le bon déroulement de vos vacances hivernales… et l’écologie ?

 

On a constaté la possibilité de créer de la neige artificielle en Californie par chance, dans les années 40, en utilisant des ventilateurs pour arroser les vergers afin de les protéger du gel.  Les premiers canons à neige sont entrés en action dans les montagnes Catskill à côté de la ville de Liberty dans l’état de New York.

 

C’est en 1963, loin des Alpes, que le premier canon à neige a vu le jour en France sur une piste de 550 m d’altitude au Champ du feu dans le Bas-Rhin en Alsace. Dix ans plus tard Flaine est la première des grandes stations à s'équiper. Aujourd’hui la neige de culture est partout, non sans polémique. Il y a principalement le problème d’eau. Chaque année les canons déversent au moins 13 millions de m³ d'eau sur les pistes. En France les critiques sont d’accord que 100% de cette eau retourne au sol et qu’on ne se sert pas de produits chimiques mais ils observent que la distribution d’eau est perturbée.

 

Pour les stations il y a un argument concluant : en prolongeant la saison, la neige de culture permet à beaucoup d’elles de survivre économiquement.  L’association Domaines Skiables de France insiste que 100,000 emplois directs et indirects en dépendent. L’association ajoute que la consommation d’énergie due à l’utilisation des canons a diminué de moitié en dix ans et que seulement 19% des pistes sont concernées, contre le double en Autriche et en Italie.