Lorsque vous pensez au ski de fond, deux images vous viennent sûrement à l'esprit: le montagnard barbu glissant sur une plaine enneigée ou l'athlète qui ne vit que pour le ski de fond.

Le ski de fond a souffert de quelques choix malheureux dans son marketing dans le passé. Soit il était présenté d'une façon quelque peu ringarde soit comme un sport trop difficile pour Monsieur et Madame Toutlemonde. Mais l'activité commence à trouver un public plus large, grâce notamment à ses avantages économiques et écologiques.

Avant, le sport s'est fait une réputation d'être difficile, même un peu ésotérique. Alors que les vacanciers et les citadins sont plutôt des skieurs alpins, le fondeur a tendance à habiter dans une région montagneuse et à être un vrai passionné de son sport. Le ski de fond exige de l'endurance et de l'effort constant, différent de l'énergie dépensée lors d'une sortie sur les pentes. Si un fondeur arrête de pousser, souvent il arrête aussi d'avancer.

Ce fait, avec des techniques de marketing désuètes ont infligé une image vieillotte au ski de fond - c'est difficile d'être tendance avec des chaussettes en laine jusqu'au genoux et un pull taille XXL sur le dos.

Le sport s'est donné un nouvel élan dans les années 80 avec l'apparition du skating. Ce style, aussi appelé le pas de patineur, se pratique en transférant son poids d'un pied à l'autre imitant les gestes de patinage, sur des pistes damées. Le skating a attiré les sportifs puisqu'il travaille tous les muscles du corps et fait battre le cœur (un fondeur brûle autour de 800 calories par heure). Résultat-le ski de fond est devenu plus rapide, plus technique, et simplement plus sexy.

Bien que le skating a aidé a relooké les vêtements de ski de fond - des vestes et collants aux lignes pures, avec des coupes et des coloris plus tendance - le sport souffrait toujours de sa perception comme une activité trop difficile. Encore une fois, le marketing a influencé l'opinion publique, mettant trop l'accent sur le coté sportif. Comme explique Bruno Clément, directeur du domaine de ski de fond aux Saisies, "nous avons oublié qu'il fallait s'adresser à tout le monde."

Les médias jouent peut-être aussi un rôle en déterminant la cote des sports nordiques. En Allemagne, les chaînes télévisées font la part belle au ski de fond, alors qu'en France et en Italie, "seuls les jeux olympiques, 15 jours tous les quatre ans, donne un coup de projecteur au sport. C'est trop peu," dit Mirko Hominal de www.ski-nordique.net. En conséquence, les fondeurs français et italiens ne jouissent pas de beaucoup de reconnaissance en dehors de leur région natale.

Un domaine de ski de fond respecte ses environs naturels avec des pistes adaptées à la montagne. Il ne modifie pas le paysage pour rendre le sport possible, une fois la neige fondue, beaucoup de domaines redeviennent des pâturages. En plus, le ski de fond consomme seulement l'énergie que chaque fondeur y met. L'électricité et la mécanique ne sont point nécessaires.

Ceci fait que le cout d'entretien d'un domaine de ski de fond reste relativement bas et les tarifs aussi. Une journée de ski de fond sans location de matériel revient souvent à moins de 10€ par adulte. Dans une époque où les gens surveillent de près leur budget, le ski de fond offre un moyen de profiter de la neige sans se ruiner.

Le ski de fond est aussi une façon ludique de perdre du poids et de maintenir sa forme. Peut-être vous commencez à sentir la vieillesse qui prend ou au contraire, vous êtes un athlète qui veut battre le chronomètre. Peut-être vous vous trouvez quelque part entre les deux. Peu importe, car il y a un style de ski de fond qui vous correspond. Avec un impact gravitationnel quasi nul, le ski de fond est moins mauvais pour les articulations que le jogging par exemple.

La plupart de skieurs optent pour le ski de piste, laissant quasiment zéro attente à l'entrée des domaines de ski de fond et plus de place sur les pistes tracées. Ceci se traduit donc par moins d'attente et plus de glisse.

Les développements récents dans le ski de fond - des techniques de marketing plus adaptées, des offres sur des séjours nordiques, et des événements pour le grand public - aident à débarrasser le sport de son image trompeuse. Le sport commence à se faire la réputation du choix écologique et économique dans le domaine des sports d'hiver.