Si vous n'avez aucune contrainte et vous voulez ‘faire une saison', le monde est à vos pieds ! Décider d'abord votre destination en n'oubliant pas qu'il y a deux hémisphères - ce qui vous donne la chance de skier toute l'année. Le père de la nouvelle vedette française du slalom géant, Tessa Worley, été moniteur de ski la moitié de l'année en Nouvelle-Zélande et l'autre en France. C'est comme ça que sa fille est devenue championne.

Avec la sortie du film « Chalet Girl » être saisonnier fait couler beaucoup d'encre. Toutes sortes de personnalités plus ou moins distinguées parlent de leurs expériences, dans les médias, en tant que chalet girl. En parlant à ces jeunes gens qui sont passés par là, on apprend que leur principale raison pour faire ce travail est cette passion du ski qu'ils ne pouvaient pas financer à moins d'avoir un ‘sugar daddy' ou des parents fortunés.

Pour les Anglo-saxons la France est leur terrain de prédilection. L'Amérique du Nord cause plus de problèmes du aux difficultés d'obtenir un visa et il y a moins de travail en ce moment. C'est vrai qu'on peut se servir du système D, mais Sabine qui a fait une saison en France puis en Amérique, raconte à Neigeski ‘ passer les contrôles d'immigration sans visa peut être traumatisant. « J'avais des crampes à l'estomac. Il ne faut pas mettre dans ses bagages de photos de famille, lettres genres ‘ma chérie  tu vas me manquer, ça va être si long', ni trop de vêtements indiquant un long séjour... »

Une fois votre destination choisie, vous devez être honnête avec vous-même - pourquoi un employeur vous choisirait il ? Qu'avez-vous à offrir ? Un diplôme d'instructeur de ski, de cuisinier (ère), savoir se débrouiller en plusieurs langues ou être capable de s'occuper d'enfants. Pour avoir du temps sur les pistes, il vaut mieux un boulot après l'arrêt des remonte pentes, dans un restaurant, faire la plonge... Bien sûr l'idéal serait de travailler pour une agence de ski ou de voyage, pour pouvoir profiter de la montagne le jour avec les clients et de soirées entre amis au bar. L'Internet est une mine d'informations, ainsi que parler à des amis qui ont déjà fait l'expérience.

Sabine conseille de choisir un grand domaine skiable où on peut rester plus anonyme si on veut et nous explique que travailler pour une compagnie réputée comme Ski Esprit qui opère depuis de nombreuses années vous donnera assez de temps pour vous éclater sur les pistes - bien plus que si vous deviez le financer vous-même évidemment.

Ce qui commence par le désir de skier gratuitement peut se transformer en carrière, comme chef en cuisine, ou manager dans une station.  N'oubliez pas aussi que si vous voulez apprendre la langue du coin il faut fréquenter les gens du pays.

L'âge requis est 18 ans, même souvent 21 ans et être en mesure de le prouver. Plus on fait la demande tôt plus on a de chances de l'obtenir en remplissant correctement le formulaire. C'est en mai qu'on commence les démarches pour la saison européenne suivante - bien qu'on puisse trouver du travail plus tard. Sabine a commencé son premier boulot à Noël pour remplacer la malheureuse qui s'était cassé la jambe.

Renseignez-vous bien, que l'offre de travail vous donne quelque temps pour skier. Car un travail de jour pourrait vous empêcher d'utiliser les remonte pentes.

Tenez compte - le logement de saisonnier n'est pas luxueux - et l'espace est limité pour vos effets personnels ainsi que si vous voyagez en avion.

Avant de prendre votre décision finale - renseignez vous auprès de personnes qui ont fait l'expérience. Même si vous n'êtes pas anglais pensez à adhérer au Ski Club de Great Britain qui vous conseillera sur les offres d'emploi et sur les employeurs dans tous les coins du monde. Voici ce que nous confia Betony Garner leur attachée de presse « Il y a de nombreux boulots dans les hôtels et dans la restauration qui ne sont pas bien rémunérés mais le gros avantage c'est de passer une saison dans une station de ski. Elle nous explique aussi une nouvelle tendance ; grâce à l'internet il est maintenant possible de vivre et travailler dans une station même si votre travail n'a rien à voir avec les sports d'hiver.

Enfin que penser du film ‘Chalet Girl' ? Bexia, qui en était une, a commenté ainsi sur le web ‘Oui un film sur l'expérience d'une passionnée de ski, snowbordeuse, qui doit travailler comme une dingue, apprendre à se ‘protéger' des avances sexuelles de vulgaires personnages et vieux pervers, vivant presque dans une caserne , qui doit apprendre à surmonter les soirées comme un homme, a composer avec les vacanciers Britanniques qui pensent que vous êtes une domestique et même une pute parce que vous ne possèdez pas une source illimitée de billets de banque pour vous adonner à votre passion le ski. Oui, j'aimerais voir un film plus réaliste comme ça'. Sabine partage ces sentiments réaliste sur le boulot cent pourcent.