Victoire du Français Guilbault Colas

Soleil et neige dure étaient au rendez vous pour cette Coupe du Monde de ski de bosses qui se déroulait sur le Stade du Corbey en plein centre de la station de Méribel. Enchainant de très beaux runs en parallèle lors des finales, il a tout de même fait trembler les très nombreux supporters français lors de la demi-finale où une faute à mi-parcours  a failli le priver de finale.
En finale, il réalise un run "intelligent" pour battre le très talentueux Patrick Deneen (USA) qui avait remporté il y a quelques jours la première étape à Ruka en Finlande.

Chez les femmes, l'américaine Hannah Kearney, la championne olympique en titre, après avoir fait très forte impression lors des éliminatoires et pendants les phases finales, se fait ravir la victoire par la très surprenante kazakh, Ylia Galysheva qui a démontré de grands talents techniques notamment en saut en réalisant un front flip.

Classement homme
1 - Guilbaut Colas (FRA)
2 - Deneen Patrick  (USA)
3 -  Bryon Wilson (USA)

Classement femme
1 - Ylia Galysheva (KAZ)
2- Hannah Kearney (USA)
3 - Justine Dufour-Lapointe (CAN)

Chronique d’une victoire attendue

Malgré ses places de second au classement général de la Coupe du Monde en 2009 et 2010, Guilbaut n'avait encore jamais gagné en France, c'est donc avec soulagement et bonheur qu'il a décroché cette première victoire de la saison devant son public.
« Avant la finale, nous avons décidé avec mon entraineur de ne pas partir trop vite sachant que Deneen est extrêmement rapide mais a tendance à faire des fautes. J'avais donc décidé de laisser tomber les points temps et gagner les points techniques car normalement je suis supérieur à lui.  Ca a marché !
Je suis super heureux de cette victoire même si je ne peux m'empêcher de penser à Arnaud Burille qui s'est fait un genou avant la première coupe du monde et à Anthony Benna qui s'est fait mal à l'épaule aujourd'hui. On était trois maintenant je suis tout seul je vais essayer de tenir le coup cette saison et les "venger" !
»
Bonheur partagé tout de même avec son fan club, tous les membres de l'Equipe de France, le public et surtout Sandra Laoura, qui lui a remis le trophée de vainqueur.

AVIS D’EXPERTS hier matin avant la course !

Bertrand Couette (entraineur des Equipes de France de Ski Freestyle)
"La piste est particulièrement difficile car les bosses sont très rapprochées, je dirais même empilées surtout dans la partie médiane de la piste. Le fond est super béton mais les skieurs ont l'habitude de ces conditions. En fait l'association, glace et rythme des bosses, ne  permet pas d'avoir un ski très fluide, donc cela peut-être moins impressionnant pour les spectateurs mais ce type de shape est intéressant car très technique."

Fabien Bertrand (ex-entraineur des Equipes de France de Ski Freestyle - shapper de la compétition de Méribel)
"Il y a deux ans cette piste n'était pas assez sélective j'ai donc travaillé cette année pour shapper  (tracer) des bosses exigeantes sur le plan technique. Au regard de ce que je vois sur le premiers passages aujourd'hui, le résultat est à la hauteur de ce que j'espérais. Le rythme des bosses surtout après le premier saut exige une grande maitrise technique. Les athlètes devront gérer leur vitesse et contrôler leurs virages. Ce sont les techniciens qui seront sur le podium aujourd'hui."

Richard Gay (médaillé olympique en ski de bosses aux JO de Salt Lake City, Entraineur du club de Megève et du comité Mont-Blanc)
"Cette piste est aujourd’hui particulièrement difficile. Il est très délicat de conserver la vitesse de pied par rapport à la vitesse de déplacement sur cette neige artificielle et avec des bosses aussi serrées. L’enjeu est de ne surtout pas perdre le rythme car le moindre appui manqué, c'est une bosse loupée et il devient impossible de se récupérer. Pour le saut du bas, la transition est très courte ce qui demande un excellent contrôle . Le défi pour les coureurs est de skier à 100% ; en deçà le coureur perdra énormément de point de vitesse et d'engagement  mais  au delà c'est hyper dangereux car la piste est trop exigeante pour tolérer la moindre erreur, il y aura d'ailleurs, je pense, pas mal de déchet !"