Sport extrême par excellence, le freeride permet aux skieurs de repousser leurs limites ou alors d’essayer simplement quelque chose de différent.
Les couloirs, barres rocheuses ou corniches tant recherchés par les freeriders semblent aujourd’hui à la portée de tous. Mais la discipline exige une bonne préparation et le respect absolu des règles de sécurité en montagne.

Pourtant, la montagne réserve des aspects tragiques, relançant chaque année la polémique sur les dangers du hors piste et l’inconscience de certains : pour la saison 2008-2009, l’ANEMA recensait 69 accidents d’avalanche dont 24 mortels à l’origine de 35 décès.
Pour que la montagne reste un terrain de jeu exceptionnel, Skiinfo vous rappelle les règles à appliquer en hors piste.

Être équipé

Pour pratiquer le hors piste en sécurité, il est indispensable de sortir avec :
- Un ARVA (Appareil de Recherche de Victimes d’Avalanche) permettant de localiser une victime enfouie. Avant de partir, vérifiez les batteries de votre ARVA et n’oubliez pas de le mettre en mode « émission ».
- Une sonde qui permet d’évaluer la profondeur à laquelle se trouve la victime.
- Une pelle qui servira à dégager la victime dans un laps de temps très court.

A voir aussi :
RECCO® est un système de secours en avalanche utilisé dans le monde entier pour localiser rapidement les personnes ensevelies. Il ne remplace pas un ARVA mais augmente les chances d'être retrouvé à temps.
- Les sacs à dos intégrant un airbag avalanche permettent d’augmenter de façon importante les chances de survie en cas d’avalanche.   

 Indispensable, l’équipement hors-piste n’est pas une garantie infaillible, mais il assure une des meilleures chances de survie en cas d’avalanche.
L’utilisation efficace de ce type de matériel nécessite un entrainement préalable, il faut donc le tester avant votre sortie freeride. Votre vie et celle des autres riders en dépendent.
A ne pas oublier : informer quelqu’un de votre destination et disposer d’un moyen fiable pour contacter les secours en cas de besoin (radio ou téléphone mobile).

 
 

S’informer sur les conditions et la météo

Il est impératif de vérifier les prévisions météorologiques, l’enneigement et prendre connaissance du niveau de risque d’avalanche (1 à 5) avant de sortir.
Apprendre à connaître la montagne et ses aléas sont essentiels pour la pratique du freeride. N’hésitez donc pas à demander l’aide d’un professionnel pour la lecture de l’état du manteau neigeux.
A savoir : la montagne est imprévisible et personne n’est à l’abri d’une avalanche ou d’un accident.
Les gens se font prendre dans les avalanches quand ils estiment, sans vérification, que le risque est faible. Il faut donc bien étudier la météo pour comprendre ses conséquences sur le manteau neigeux.

Être accompagné

Vous ne devez pas rider seul en hors piste. Le freeride est un travail d’équipe.
Si vous voulez être en sécurité tout au long de votre ligne, attendez bien que l’autre skieur soit arrivé : cela permettra aussi à ce dernier de vous observer et de réagir en cas d’accident. Vous limitez aussi le risque de déclencher une avalanche ou pire, d’être emporté.

Apprendre à observer

En skiant en hors piste vous devez et allez apprendre à mieux appréhender les risques.
Observer la forme du terrain, évaluer les tensions et forces exercées sur la couche de neige vous aidera à choisir votre ligne. Il faut toujours repérer le terrain au préalable et réfléchir où la neige pourrait couler.
Vous devez enfin rider « avec la montagne » ce qui signifie choisir votre ligne en fonction des caractéristiques naturelles du terrain de la montagne.

Ne pas hésiter à reporter

Ce qui fait la qualité et la sécurité d’une sortie freeride, c’est le bon état de la neige et des facteurs météorologiques favorables. Si ces critères ne sont pas remplis, vous devez impérativement reporter votre sortie : inutile de prendre des risques.

En cas d'avalanche

Dans le cas où vous seriez pris dans une coulée, n’essayez pas de résister à la force de l’avalanche ou de vous déplacer dans les sens de la coulée, tentez de vous déplacer latéralement.

Si un des membres de votre groupe est enseveli suite à une avalanche, vous devez repérer l’endroit où il a disparu (d’où l’importance de ne pas rider seul).
Prévenez immédiatement les secours et commencez les recherches à l’aide de votre ARVA.
A savoir : les chances de survie d’une victime diminue très rapidement dans la première demi-heure (elles dépendent notamment de la profondeur d’ensevelissement). Les chances de survie, en fonction de la durée d’ensevelissement de la personne, sont environ de : 80 % entre 0 et 5 minutes, 50 % entre 15 et 30 minutes et moins de 20 % après 1 heure.

Sensibilisation du grand public

Plusieurs stations en France proposent des journées de sensibilisation aux dangers de la montagne aux skieurs. Ces ateliers leur permettent de se familiariser avec l’ARVA sous la conduite de pisteurs secouristes. Ils se déroulent la plupart du temps dans des zones d’entrainement appelé « Avalanche parc » ou « ARVA parc », qui s’étendent sur environ 1 hectare.
Des émetteurs DVA (portés par les victimes dans la réalité) sont enfouis à diverses profondeurs et les participants doivent les retrouver à l’aide d’un ARVA et d’une sonde.
L’Avalanche Parc aux Arcs 
Le Free Respect aux 2 Alpes 

 

Fin mars 2008, Xavier De Le Rue se faisait emporter par une avalanche lors d'une séquence en Suisse. Il revient sur son accident, comment il a pu s'en sortir et les leçons qu'il a pu en tirer.