Tessa Worley fait partie des ténors du slalom géant. Dès samedi elle sera en piste à Soelden dans sa discipline de prédilection avec l'étiquette d'une favorite; au même titre que Tina Maze, Anna Fenninger et Federica Brignone, toutes régulièrement citées par les entraineurs.
 
Cette année le matériel sera différent avec un rayon de courbe plus allongé, mais cela ne devrait pas changer la donne. Seconde puis troisième du général de la discipline les deux dernières années, la Française espère cette fois emporter le globe en mars.
 
Tessa comment avez-vous vécu ce changement de matériel?
 
"Ca s'est plutôt déroulé sans accroc mais il a fallu beaucoup de travail technique et physique. Le rayon étant plus grand, les skis virent moins court. Mais le tracé reste le même et si on veut virer court, il faut mettre plus de puissance sur les skis, sur la neige. Ca passe donc par beaucoup plus de musculation, d'endurance aussi. On a travaillé sur tous les espacements de portes, du serré au plus large. Maintenant on ne parle plus d'anciens et de nouveaux skis."
 
Comment vous êtes vous préparée physiquement?
 
"Cet été, on a pratiqué pas mal de sports car tout est bon à prendre. On a fait du vélo, avec de longues étapes dans les Cévennes, des montées de cols. Au niveau du dépassement de soi, c'est assez fort. Mais aussi de l'haltéro, du kayak, avec la descente de l'Ardèche, du trampoline, de la spéléo, de la gym. En octobre, on a finalisé la préparation par deux stages courts, de trois et deux jours, à l'altitude de Tignes. Pas de pépin et physiquement je suis en forme."
 
 
Avez-vous d'autres ambitions que celle du globe de géant?
 
"La définition du globe, c'est la régularité de toute une saison, rester concentrée sur chaque course. Petit à petit je commence à connaître la marche à suivre. Il y a certaines periodes où il faut que je fasse attention à ma forme physique et morale. Il y a le processus de récupération. Ca peut me faire du bien de me lâcher dans d'autres disciplines. En super-G, j'ai aussi plus envie de jouer plus devant, dans les 15 et même mieux. C'est aussi un objectif d'être régulière en slalom. La descente? S'il faut que je fasse des impasses, c'est clair que ce sera là-dessus."