Le plus beau des hors-pistes, c’est celui qui se trouve sous vos spatules, le jour J : un mètre de neige fraiche, un grand soleil et une pêche d’enfer. Tarentaise, Maurienne ou au fin fond du Kamtchatka, peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !
Mais il existe quand même quelques mythiques incontournables qui doivent t impérativement figurer sur votre tableau de chasse. Voici une petite liste non exhaustive pour ceux qui ont des spatules frémissantes !

 

Chamonix, LE spot hors-piste


LA Mecque… la Vallée Blanche, le Pas de Chèvre (pour ne citer que les deux plus connus) sont ce que le Nutella est à la crêpe : incontournable si on est dans la capitale alpine en hiver.

La célébrissime Vallée Blanche est accessible depuis le téléphérique de l'aiguille du Midi : l’itinéraire « classique » de la Vallée Blanche, le grand envers du Plan ou le petit envers du Plan sont autant d’itinéraires au menu.
Au printemps, la Vallée Blanche est prise d’assaut, mais reste un itinéraire glaciaire de haute montagne à appréhender avec toute la technique et la prudence requise !

  

Hors-piste sur les hauteurs de l'Alpe d'Huez


Les hors-piste de l’Alpe d’ Huez restent toujours un peu à l’ombre de Chamonix ou de la Grave. Il en résulte une fréquentation moindre mais des possibilités à vous faire tourner les spatules. Tour d’horizon des trois hors-piste qui ont fait la renommée de le l’île au soleil.

> Le Grand Sablat : Ce vaste hors-piste part du Pic Blanc de l’Alpe d’Huez descend à vue vers Clavans, dans la vallée du Ferrand. Les pentes sont larges, avec de splendides mouvements de terrain. De Clavans, soit vous remontez à pied, 400 mètres de dénivelé jusqu'au col de Sarenne qui vous ramène à la station, soit vous prenez un taxi qui vous ramène à une station satellite de l’Alpe d’Huez : Auris

> Les Cheminées de Macle : Visibles de toute la station, elles imposent leur virile verticalité. Sachez qu’au départ, il y a à peine la place pour un virage sauté...
L’accès à proximité de la télécabine Marmotte 3 est très aisé. Il s’agit de vrai ski engagé, de la pente raide à envisager avec le plus grand sérieux. Pour skieurs confirmés, évidemment !

> La combe du Loup : Ce grand classique de l’Alpe était il ya trente ans une piste de ski. Sauvage éloignée, les conditions de neige, plein sud, sont souvent excellentes.
Au bas de la Combe du loup, le refuge de Sarenne, bioclimatique et entièrement autonome en énergie mérite une visite. On rejoint la station grâce à un télésiège au bout des Gorges de Sarenne.

 

La Grave : Des itinéraires hors piste d’anthologie.


La Grave s’apprivoise par l’itinéraire classique des Vallons de la Meije.
Au programme : 2150 mètres de descente sans un arrêt et sans aucun balisage, ni aucune piste. Grâce aux deux tronçons du téléphérique de la Meije, ce bijou d’itinéraire s’atteint en trente minutes seulement pour un ride d’anthologie que seul l’héliski est capable d’offrir, le tout en polluant moins et pour une poignée d’euros.

Le Pan du Rideau et les fameuses Trifides, couloirs fort raides et assez engagés vous laisseront des souvenirs dans les cuisses et aussi de beaux émois !
L’itinéraire de Chancel est plus facile, mais reste bien sûr un véritable itinéraire de montagne à envisager comme tel.
Seules deux pistes sont balisées à la Grave : pour le reste, hé bien à vous de jouer !

  

Les itinéraires hors-piste de Tignes


Tignes, en Haute Tarentaise est une station de haute montagne. Alors forcément les hors-pistes sont à la hauteur de ce territoire d’exception : surdimensionnés, hauts, grands et souvent techniques. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’il s’agit du fief de Guerlain Chicherit, quatre fois champion du monde de freeride.
Au col de Ves depuis le télésiège de Ves, l’itinéraire « Guerlain Chicherit » fait d’ailleurs partie des quatre secteurs hors pistes sécurisés à Tignes.

D’autres itinéraires non sécurisés font la saveur de la neige Tignarde. Grand favori des Tignards : Le couloir classique du Chardonnet à 2870 mètres, pour environ 500 mètres de descente jusqu’au télésiège du Grand huit.
Le départ se fait depuis le sommet du télésiège de Grattalu à 2700 mètres. Il faut pour entrer dans l’itinéraire remonter vers une petite brèche par la pente orientée sud. Le premier couloir, quoiqu’assez exposé en cas de chute, est le plus facile, mais aussi le plus fréquenté.

Il y a aussi au royaume des classiques très prisés : le Glattier à 2430 mètres, un hors piste plutôt accessible, sans grands dangers objectifs. Le départ se fait depuis le sommet du télésiège de Chaudanne pour une arrivée sur la route D87 de Tignes le lac.

 

Les meilleurs spots hors-piste de Serre chevalier


Avec un ensoleillement privilégié, 300 jours par an en moyenne, Serre Che  avec ses trois grands accès, Briançon, Villeneuve et Monêtier offre des hors-piste variés : raides, engagés, faciles, dans les mélèzes, il  y a en pour tous et tous les niveaux.

Parmi les hors-pistes, citons la Montagnole, grand hors piste très accessible de 1300 mètres On l’atteint depuis le haut du télésiège de l’Yret. Le départ est certes un peu raide, mais tout se conclut en somptueuses combes avec un relief sympa. Le chemin de retour peut entre fastidieux, mais c’est ça aussi le hors-piste.

Pour les skieurs confirmés, il ya le couloir des Guibertes, prés de 1200 mètres de dénivelé. Un passage raide et plutôt technique et un final entre foret et clairière. À envisager avec sérieux, quitte à contacter le bureau des guides ou partir avec un local expérimenté.

 

Hors-piste dans les Pyrénées, direction le Grand Tourmalet - le Pic du Midi


Le plus grand domaine skiable des Pyrénées françaises possède aussi un superbe domaine hors pistes dont le plus emblématique est bien sur celui du majestueux Pic du Midi qui étincelle comme un phare au-dessus de l’archipel des cimes pyrénéennes.

Entre Barège et la Mongie, 71 remontées mécaniques peuvent vous offrir le meilleur hors pistes des Pyrénées, toujours généreusement enneigée voire à l’excès !
Depuis 2006, il n’est plus obligatoire d’avoir un guide avec soi pour faire le hors-piste du Pic du Midi. D’abord rejoindre le sommet, c'est-à-dire l’observatoire depuis le téléphérique au départ de la Mongie.
La pente sommitale est plutôt raide, assez exposée en cas de chute, il serait sage de ne pas dévisser au sommet !  L’itinéraire en soi, en revanche, n’est pas compliqué. Vous rejoignez d’anciens bâtiments militaires, passer à droite pour sortir plus loin par le col qui vous fait replonger vers la station.
Gardez bien à l’esprit que cet itinéraire est un vrai itinéraire de montagne et non pas une piste un peu plus sauvage de la station.

Nos massifs français regorgent de hors-pistes à faire frémir n’importe quel rider américain, difficile d’en dresser une liste exhaustive et surtout impartiale. Bien sûr nous n’oublions pas le Grand Col aux Arcs, ni à Val Thorens le Glacier de Gebroulaz, ni Val d’Isère avec son couloir du Mont Blanc, raide et engagé, ni les hors-pistes boisés de Saint Pierre de Chartreuse, ni ceux de Villard de Lans ou encore de Correncon… la liste est longue ! Et n’oubliez pas, le plus beau hors pite, c’est celui que l’on a sous les pieds. Banzaï !

 

Sécurité en hors-piste.

De belles images de poudreuse, des courbes harmonieuses, vitesse, maîtrise, beauté du geste. Nous avons tous en tête ce genre de cliché, mais la pratique du hors-piste est loin d’être aussi idyllique et magique à chaque sortie. Dangers, avalanches, mauvaises conditions météo, nivologiques, mauvaise visibilité, barres rocheuses : tout cela fait aussi partie de la pratique. Pour faire du hors-piste en toute sérénité, il faut être formé, savoir manipuler son DVA, partir avec des professionnels.

Quelques pistes pour se former :
> Stages terrain de l’Anena (Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches )  www.anena.org
> Stages neige et sécurité de la fédération française montagne et escalade : www.ffme.fr
> DVA Parc (liste non exhaustive)  à Chamrousse, Serre Chevalier, Aiguilles en Queyras, aux Grands Montets, à Megève ainsi qu’aux Deux Alpes.