Les supporters sont venus en nombre pour assister au retour de Méribel sur le circuit Coupe du Monde, 19 ans après avoir organisé une épreuve de slalom où Leïla Piccard était montée sur la troisième marche du podium.

 La française Marie Marchand-Arvier a fait sensation avec son dossard 9 prenant la tête de la course jusqu’à être détrônée par l’extraordinaire championne Maria Riesh, partie elle avec le dossard 20, pour 1 centième !

Les jeux étaient alors presque fait mais c'était sans compter sur l'espagnole Carolina Ruiz Castillo partie avec le dossard 28 qui avec 20 centièmes d'avance remporte cette Coupe du Monde de Méribel, repoussant de fait à la 4ème place Tina Maze.

Une surprise il faut l'avouer, bien que ses temps d'entraînement laissaient présager une belle performance. Une victoire semi-française puisque l'espagnole s'entraîne depuis l'été 2012 avec les françaises et déclarait :"Lorsque j'ai vu Marion gagner, je me suis dit pourquoi pas moi, je travaille comme elle, je fais d'aussi bon entraînement, alors ?!...". Elle, qui avait remporté une deuxième place en Géant à Sestrières en 2000 et qui à l'époque ne s'alignait absolument pas dans les disciplines de vitesse, s'avoure aujourd'hui cette victoire, fruit de son expérience et de beaucoup de travail.

 

Marion Rolland, très attendue après son titre, n’a pas démérité avec un magnifique début de parcours compromis par deux petites erreurs de trajectoires. Elle accroche néanmoins une belle 10ème place“C’était une belle journée mais j’avais pas mal de pression. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me remettre “dedans”. Il faut apprendre à gérer tout ça, je suis contente de l’avoir fait. Maintenant je vais enchaîner les prochaines courses avec beaucoup plus de tranquillité" déclarait-elle à l'arrivée.

Côté suisse, Nadja Kamer a prix une très belle  6e place, à 0’’62 de la gagnante. Ses compatriotes Fränzi Aufdenblatten (11e), Lara Gut (12e) et Fabienne Suter (14e) ont terminé un peu plus loin. 

A suivre dimanche à Méribel un super-combiné avec une descente à 11H et une manche de slalom à 14h15

 

Les réactions : 

Carolina Ruiz Castillo (ESP, vainqueur en 1:42.56) : “C’est une surprise mais on travaille toutes pour en arriver là ! Je savais que je pouvais skier bien, skier vite. Depuis deux jours  je me trouvais bien sur cette piste ça fait longtemps que je suis dans le circuit, on espère toujours une journée comme celle-là et c'est arrivé ! Cette année, il y a eu beaucoup de changement pour moi. Je m’entraîne et me déplace avec l’équipe de France. Je suis très heureuse d’avoir cette possibilité, ça a changé beaucoup de choses pour moi, c'est d'ailleurs ma meilleure saison. Je les remercie beaucoup ! On est pas beaucoup à skier en Espagne et notamment en vitesse ! Je suis originaire de la Sierra Nevada. Plus jeune, j’ai vécu trois années en France à Saint Nicolas la Chapelle près de Megève. On se connait toutes et aujourd’hui, ça fait plaisir de voir que tout le monde me félicite. Aujourd’hui à Méribel, c’était ma journée."

Maria Hoëfl-Riesch (GER, 2ème en 1:42.76) : “Je pense que j'avais un ski très rapide, j'avais un bon feeling. Je suis très contente de ce podium, proche de Carolina et devant Marie et Tina. Les écarts étaient serrés. Ce n’est pas ma meilleure saison de descente, je vis une saison avec des hauts et des bas mais aujourd’hui c’est une belle journée. Je me rends compte que c'était la même chose pour tout le monde. Je suis contente de cette issue. La victoire de Caroline est très méritée."

Marie Marchand-Arvier (FRA, 3ème en 1:42.77) : "La piste était très bien préparée et la neige froide était facile, on pouvait skier de manière fluide sans se faire « secouer ». J’avais des ambitions après les mois de janvier et de février difficiles. J'avais à coeur d'aller chercher le podium, surtout ici en France avec le soutien du public. Je suis heureuse pour Carolina car elle mérite de gagner. Je suis sincèrement contente pour elle. C’est une athlète qui s'engage été comme hiver, c'est un exemple de travail pour nous et c’est positif de s’entraîner avec elle,  elle mérite d'être là aujourd'hui. Dans l'aire d'arrivée, j’ai vécu une attente stressante quand j'ai vu Maria à 1 centième, je me suis dit : ce n’est pas possible ! Carolina nous a délogé toutes les deux, elle était plus forte.  Aujourd'hui, avec ce résultat, je sais pourquoi je me lève tous les jours."


Le classement complet ICI