Personne n’y croyait. La famille Remy l’a fait ! La Bresse fête ses 50 ans ! La petite station vosgienne devenue plus grand domaine skiable du Nord-Est de la France, s’impose comme un nouveau modèle économique de la montagne. Une station nouvelle génération qui puise son inspiration aux États-Unis, au Canada et au Japon. Retour sur cette ascension fulgurante et la success story familiale des Remy.

 

La Bresse, une station pionnière


La Bresse-Hohneck, station la plus proche de Paris en TGV, est conçue pour faciliter la vie des skieurs. Terre originelle de Labellemontagne, véritable laboratoire du groupe, la plus grande station des Vosges est le berceau de nombreuses avancées dans l’univers des sports d’hiver.

Le premier complexe multi-services au pied des pistes, c’était ici ! La première installation de neige de culture ? Encore ici. Les premières glisses à l’aurore ou version nocturne, toujours ici. De concepts en innovations, La Bresse est devenue le nouveau modèle de la montagne, une station nouvelle génération… à chaque génération !


 

50 ans d’innovations à La Bresse Hohneck


- 1965 : 1ère ouverture du centre de ski La Bresse-Hohneck
- 1969 : 1ère station française à lancer un self-service au pied des pistes
- 1971 : 1er enneigeur en France, «Linde Schnee»
- 1977 : 1ère station en France à exploiter les équipements de luge d’été
- 1981 : 1ère station vosgienne à créer une résidence hôtelière
- 1987 : 1ère station à mettre en service la première installation de neige de culture en France
- 1994 : 1ère station française à développer commercialement le ski d’aurore et ski nocturne, avec 7 km de pistes éclairées (domaine éclairé le plus vaste d’Europe).
- 2001 : 1ère station française à proposer le pack «Antiglagla» (location d’un pack complet de vêtements de ski)
- 2009 : 1ère station vosgienne à s’équiper d’une luge sur rail
- 2009/2011 : 1ère et seule station reconstruite au XXIème siècle - reconstruction totale des bâtiments du front de neige

 

L'histoire de la Bresse, celle d'une saga familiale


➽ Dans la famille Remy, je demande le grand-père : Pierre, hôtelier vosgien à la tête d’un petit établissement de 18 chambres.

➽ Dans la famille Remy, je demande le père : Jean-Marie (84 ans aujourd’hui). Bonne pioche ! Homme audacieux, il embarque sa famille dans le business du ski. Inéluctable visionnaire, il fait de la Bresse une station pionnière grâce à ses idées neuves, ses coups de pokers et ses prêts bancaires. Constatant que leur hôtel-restaurant, bien qu’accueillant quelques touristes l’été, reste désespérément vide l’hiver, il décide de construire sa propre station de ski, en 1961 : c’est la naissance de la société Remy Loisirs. Problème : seulement deux pistes, deux remontées, un resto… et plus de pluie que de neige cette année-là.
La station voulant devenir «La Super Vallée» sera alors surnommée «La Super lavée». Mais le goût du défi permanent pousse Jean-Marie à slalomer entre les obstacles et à trouver un site beaucoup plus favorable en enneigement. Fin 1965, la station s’installe donc sur son actuel site de Vologne-Chitelet. Le succès est fulgurant : La Bresse-Hohneck est née.

➽ Dans la famille Remy, je demande le fils, Jean-Yves, et Catherine, sa cousine ! Ensemble, ils reprennent le flambeau. Catherine dirige le complexe tout neuf de la Bresse-Hohneck, intégré en front de neige et entièrement reconstruit en 2011. Elle supervise d’une main de maître l’hébergement, la restauration, l’animation, la location de ski et tous les services dont ont besoin les vacanciers… Quant à Jean-Yves, dans l’entreprise familiale depuis 1985, il succède à son père à la direction générale du groupe en 1996. Si l’esprit de famille demeure, le PDG de la deuxième génération insuffle l’énergie nécessaire au déploiement du groupe vers de nouveaux sommets. Une chaîne de stations fédérées sous la marque Labellemontagne.

➽ Dans la famille Remy, je demande l’épouse : Françoise. Directrice de l’hôtel Les Vallées depuis 1990, et gérante de l’agence Labellemontagne, Françoise apporte la touche féminine du groupe. « Depuis que je suis arrivée à l’hôtel, ce sont les femmes Remy qui m’ont formée au monde hôtelier. Depuis, la passion de l’hôtellerie ne m’a plus quittée».

➽ Famille ! Une véritable success story à la française, pour un groupe familial qui a consolidé pas moins de 76 millions d’euros de chiffres d’affaire en 2015. «Happy Bresseday to you», la famille Remy !

 

Jean-Yves et Jean-Marie Remy reviennent sur les 50 ans de la Bresse


Jean-Yves Remy, PDG de Labellemontagne, Président Délégué de Domaines Skiables de France, témoigne :

La Bresse est appelée «station nouvelle génération», c’est-à-dire ?
La Bresse-Hohneck est la seule station française intégrée gérée par un seul propriétaire, Labellemontagne. Cela est une véritable force permettant d’assurer son développement et sa prospérité. C’est un modèle de la montagne peu développé en France, inspiré des Américains et Canadiens.

Quel est votre souvenir le plus marquant à La Bresse ?
Le laboratoire de la neige de culture. J’ai grandi et évolué en même temps que son développement. Cette naissance a été longue, faite d’épisodes hauts en couleur, de travail nocturne, par tous les temps, main dans la main avec les chercheurs. Cela résume bien l’identité de La Bresse Hohneck : innovante et magique. Beaucoup de personnes ont pris mon père pour un fou à l’époque, alors qu’aujourd’hui, il est difficile de concevoir un domaine skiable en France ou ailleurs sans neige de culture.


Jean-Marie Remy, fondateur de la Bresse-Hohneck nous confie ses souvenirs :

Que représente les 50 ans de la Bresse ?
50 ans c’est important. Ça se fête ! Le petit hôtel de mon père a fait beaucoup de petits… C’est le résultat de 50 années de travail, d’une vie difficile, de sacrifices, de peines mais aussi de joies. C’est un beau travail familial, aujourd’hui mené par mon fils : il est tombé dans la marmite étant petit. Pour preuve, il a su dire "neige" avant papa ou maman !

Vous êtes véritablement un homme visionnaire…
J’ai surtout peu écouté les critiques et beaucoup regardé et étudié ce qui se faisait à l’étranger. Ainsi, l’idée de créer un centre de ski m’est venue jeune, alors que j’officiais en hôtellerie dans les Alpes françaises et en Suisse. J’ai vu naître les sports d’hiver et ai pensé les adapter aux Vosges. Ce sont les fish and chips en Angleterre, et le restaurant universitaire de Nancy qui m’ont inspiré le selfservice du Slalom. C’est lors de Workshops en Belgique que la neige de culture est devenue une priorité. Cela existait aux Etats-Unis, il n’y avait plus qu’à trouver comment la faire. Quant aux produits et services à destination de la clientèle urbaine - comme le pack «Antiglagla» -, ce sont les stations du Japon qui nous ont inspirées. Mon fils dit toujours : "La Bresse est une station qui n’est pas française". En effet, le modèle ne l’est pas.

Quel est votre souvenir le plus marquant à La Bresse ?
L’anecdote est familiale, comme l’histoire de la Bresse ! C’est la naissance de mon fils, pendant les travaux du premier téléski en vue de créer le centre de ski.