Les 8 & 9 février 2020, les meilleurs skieurs du monde retrouveront la célèbre «Verte» des Houches pour des épreuves de slalom et de slalom géant parallèle.

 

Le Kandahar et la Vallée de Chamonix, une longue histoire...


Créée en 1928 en Autriche, l’Arlberg Kandahar est désormais organisé à St-Anton (Autriche), à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne) et à Chamonix Mont-Blanc. Pour rappel, la dernière édition du Kandahar au pied du Mont Blanc a eu lieu en février 2016.

Pour la petite histoire, les membres du ski-club de Grande-Bretagne venaient déjà faire leur test de ski à Chamonix (en diligence !) sous l’autorité d’Henry Lunn, père d’Arnold, créateur de la célèbre épreuve de l’Arlberg Kandahar.

C’est en 1948 que Chamonix a accueilli pour la première fois l’épreuve de l’AK. À cette époque, la course avait lieu sur la piste des Glaciers, sous la face Nord de l’Aiguille du Midi. Le tracé se situait au niveau du 2ème tronçon de l’ancien téléphérique entre la gare des Glaciers et celle de la Para. Le jeune skieur chamoniard James Couttet, originaire du village des Bossons, a remporté cette année-là la Descente et le Combiné. Mais la piste, jugée trop dangereuse, a été abandonnée au profit des Houches dès 1952...

Depuis, au palmarès du Kandahar sur la Verte des Houches, les plus fines spatules de tous les temps : Karl Schranz, Emile Allais, Ingemar Stenmark, Hermann Maier, Kjetil-André Aamodt, Alberto Tomba, Stefan Eberharter, Bode Miller, Ivica Kostelic, Didier Cuche, Romed Baumann, Jan Hudec et Klaus Kröll, Dominik Paris, Alexis Pinturault...

 

La Verte des Houches se refait une beauté


Piste mythique, « La Verte » des Houches est bien une véritable piste noire. A l’époque de sa création, en 1948, la couleur verte était alors celle qui qualifiait les pistes les plus difficiles.

Débutés en avril 2019, des travaux d’envergure vont permettre la mise en conformité de la piste aux standards de la FIS (Fédération Internationale de Ski). Ce sera également un moyen de pérenniser l’étape de Haute-Savoie dans le calendrier de la Coupe du Monde, mais aussi d’améliorer l’accueil des clubs sportifs à l’entraînement tout au long de l’hiver.

Ces travaux concernent notamment l’agrandissement de la raquette, l’aménagement de l’aire d’arrivée, l’élargissement de la piste en partie basse, les ouvrages de franchissement (route, prolongement du pont skieur...). Une partie du budget est par ailleurs consacrée aux études et à la maîtrise du foncier, ainsi qu’à l’enfouissement de la ligne haute tension 63 000 v.

Le budget global de l’opération est de 9,7 M d’euros. Les contributions des partenaires financeurs se répartissent comme suit : Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes 3 M€, Conseil départemental de la Haute Savoie 3 M€, l’Etat, via le CNDS (1,2 M€) et la DETR (0,5 M€) 1,7 M€ et la Communauté de communes de la vallée de Chamonix 2M€.

Le chantier devrait durer jusqu’au début de l’hiver.

En 2016, la dernière édition du Kandahar avait attiré 30 000 spectateurs, venus de la région mais aussi de Suisse et d’Italie. Sa retransmission avait été suivie par 175 millions de téléspectateurs dans le monde. Nul doute que l'édition 2020 du Kandahar fera bien mieux encore pour souligner son retour dans la Vallée de Chamonix Mont-Blanc !