Cachée entre la Grèce, la Bulgarie, la Serbie, le Kosovo et l’Albanie, la Macédoine est certainement l’une des contrées les plus discrètes de notre continent. Pourtant ce petit pays des Balkans, libéré du joug soviétique depuis 1991, révèle bien des surprises et pourrait bien être l’une des dernières Terra Incognita du ski de notre vieille Europe.

Ce territoire enclavé est constitué à soixante pour cent de montagnes pour une superficie n’excédant pas une région française telle que Rhône-Alpes.

Bien planqué au cœur du continent, ce petit paradis mène depuis 1945 une énergique politique de préservation des espaces naturels. Une faune et une flore originales ont ainsi pu prospérer au cœur de terrains presque vierges. Le loup par exemple se maintient avec une population de 800 individus qui descendent plus bas dans les vallées lors des hivers rigoureux, quant aux ours et aux lynx, ils sont bien moins rares que sous nos latitudes !

Et le ski dans ce territoire de montagne ? Hé bien, il ne s’est guère développé faute à une économie en berne, et une histoire récente pour le moins troublée. Faute de moyens et de touristes effarouchés par ces explosifs Balkans, les stations de ski ont périclité et ont carrément mis la clef sous la porte.

  

Kozuf : une montagne oubliée depuis 1945


Pourtant dans cette morosité ambiante, un homme Angel Nakov, Macédonien a entrepris un audacieux projet : construire une station de ski, ex nihilo. Un tel événement est si rare, si anachronique dans nos montagnes où le ski mécanisé a atteint depuis longtemps sa saturation que nous mettons le cap sur Kozuf, histoire d’en savoir un peu plus. 

Kozuf est un massif montagneux de 80 km2 situé entre la Grèce et la Macédoine et culminant à 2208m. Entre 1945 et 1992, c’est cela qui pimente l’histoire de cette station de ski, l’accès à Kozuf fut totalement interdit pour des raisons géopolitiques. Une centaine de villages furent déplacés, manu militari, dans la plaine. Kozuf arpenté par de mornes militaires sombra donc dans l’oubli. Seul Angel Kozuf habile homme d’affaires épris de montagnes se rappelait de ce massif et fomenta un plan : la Grèce n’est pas loin, 1h30 de route et il n’y a la ronde aucune station de ski. Kozuf pourrait donc bien devenir une poule aux œufs d’or. Ou pas ! Mais Angel adore prendre des risques.

  

2009. A la poursuite du rêve.


1992. coup de théâtre. Kozuf est enfin ouverte à la faveur d’un climat politique un peu moins sévère. Angel revend sa juteuse affaire de Duty Free à la frontière et met toutes ses billes dans son projet : construire une station de ski au cœur de Kozuf.

Notre macédonien achète des terres, bâtit une route à travers une incroyable forêt de hêtres géants qui n’ont pas vu de haches depuis des décennies et commence enfin à bâtir SA station.

Nakov en 2009 s’offre un télésiège Doppelmayr dernier cri et deux téléskis, de quoi s’amuser entre 1500 mètres et 2200 mètres d’altitude. La construction du télésiège dans cette zone reculée a des allures d’épopée. Pas de doute que les Suisses s’en souviennent encore! Angel Nakov fait alors plusieurs stages en France et en Autriche pour découvrir comment fonctionne une station, un service des pistes, comment s’organise le damage… En même temps, il bâtit des chalets, des hôtels, des restaurants, le tout à l’échelle humaine dans le souci de préserver la beauté de ce massif qu’il adore.

  

Une neige abondante tout l’hiver.


Des remontées, c’est chouette mais le nerf de la guerre, en station, c’est la neige. Kozuf à cheval entre la Méditerranée et le continent bénéficie d’abondantes précipitations de début novembre à fin avril (la mer Egée est à 35 km à vol d’oiseau). Du côté des pistes, 60 kilomètres de tout niveau ont été aménagés. Reste à faire venir les skieurs. Au prix du forfait, 13 €, ça marche plutôt bien en ce dimanche de janvier : Des Macédoniens, beaucoup de Grecs et aussi de nombreux Bulgares : hé oui,  nous sommes certes au cœur de l’Europe, mais un peu plus à l’est !

   

Le ski de Kozuf : forcement freeride


Kozuf est encore si sauvage que le Doppelmayr flambant neuf et les pistes fraîchement tracées paraissent déplacés, incongrus voire en sursis comme si la forêt allait tout engloutir à nouveau : pas de doute, c’est le paradis du Freeride ! Les pentes magnifiques orientées Nord ou Nord Ouest conservent une neige de qualité et abondante. Les skieurs confinés sur les pistes n’ont pour l’instant ni l’habitude ni le niveau pour s’en éloigner : la montagne reste donc vierge de traces. Le fameux 6 places long de 1350 mètres nous monte a une vitesse de 5 mètres par seconde au sommet du Zelenberg à 2200 mètres. A l’arrivée, l’ancien poste frontière aménagé en restaurant d’altitude propose du thé, des mars et surtout du Raki à un prix dangereusement bas !

Gourmands, nous enchaînons rotation sur rotation sur des pentes que personne ne songe même à nous disputer. Le haut de la station forme un vaste dôme en pente douce ouvert sur la lointaine vallée. Konstantin, chef du service des pistes nous accompagne : il travaille en low tech et chaussure de rando puisqu’il passe plus de temps à la maintenance qu’à secourir, faute de clients pour l’instant ! Il nous apprend que des loups curieux viennent souvent roder près du chalet du service des pistes. Il y a peu, l’état accordait encore une prime de 50 € pour un loup tué, l’espèce étant classée nuisible en Macédoine. Cette pratique énergiquement dénoncée par l’Europe avait cessé en 2007, mais devant le haro des éleveurs la chasse a été maintenue…sans la prime.  240 loups étaient abattus chaque année en Macédoine, un chiffre en baisse puisqu’il n’y a plus l’attrait de la prime !

Le soir, nous posons nos skis dans un joli petit chalet tout neuf – et pour cause, rien n’est vieux ici !- les murs lambrissés sentent encore le bois frais. En compagnie du directeur Angel Nakov, nous allons dévorer les multiples mets que la cuisine Macédonienne offre à ses skieurs du bout du monde dans l’unique et plutôt opulent restaurant de la station.

Nous ne pouvons nous empêcher d’exprimer notre étonnement face à l’audace de son entreprise : faire une station de ski ! Ce diable de Macédonien lève un grand verre de raki en déclarant

« Pour gagner la guerre au temps d’Alexandre le Grand*, il fallait être fou ou ivre, ils étaient les deux, ils ont gagné ! » (*Alexandre le Grand était Macédonien…)

   

SKI EN MACEDOINE - GUIDE PRATIQUE


Situation :
-
2 millions d’habitants en Macédoine dont 60 % de Macédoniens, 20 % d’Albanais, et 20 % d’origines diverses (Bulgares, Grecs, Croates, Bosniaques, Roms)
- Kozuf est à 33 km de Gevgelia (ville macédonienne frontalière avec la Grèce, avec une station ferroviaire internationale), 150 km de Skopje (la capitale macédonienne) et 120 km de l’aéroport de Thessalonique.

Infos sur la station (météo, enneigement) : www.skikozuf.com.mk

Comment y aller ?
-
Plusieurs vols pour Skopje transitent par Zurich, les prix varient entre 200 et 500 €.
- Site de la Macedonian airline : www.mat.com.mk ou encore la Austrian airlines par Vienne.

Formalités, argent, transport :
-
Un Passeport en cours de validité suffit.
- On peut retirer de l’argent par carte bancaire facilement à Skopje.
- On peut changer des euros tout aussi facilement dans la capitale.
- Des bus parcourent tout le pays très facilement.

Infos, contacts.
- Office de tourisme de Macédoine : www.exploringmacedonia.com.
- Association de guides macédoniens : www.macedonianmountainguides.org
- Kostantin Ciriviri : kciriviri@hotmail.com
- Si web de la station : www.skikozuf.com.mk

Météo
-
www.meteoblue.com
- www.meteo.gov.mk

Guides, livres et cartes
-
Guide Petit futé : « Macédoine »
- Carte générale de la Macédoine au 300.000 sur place à Skopje

Ski et organisation sur place :
-
Enorme potentiel pour le Freeride et le ski de rando.
- Konstantin Ciriviri chef des pistes de Kozuf est le plus habilité pour vous informer : kciriviri@hotmail.com
Il est venu se former plusieurs fois en France, connait bien les Français et leur amour pour les montagnes.

Restauration et hébergements
-
La location de petits chalets est de 40 € par nuit pour 4 personnes.
- Il y a deux restaurants dans la station et un café au sommet du télésiège de Markovo Ezero. Les prix des repas sont très abordables.
- La nourriture Macédonienne est très variée, tous les produits sont bons et frais, les entrées délicieuses, les plats simples et très goûteux.
- Par contre pour partir en montagne vous ne trouverez rien ou presque à acheter à Kozuf, prévoir vos réserves depuis la Grèce ou la France.
- Pour réserver les chalets de Kozuf, tout passe par le site Internet de la station.
- Si vous avez des soucis de communication, envoyez un mail à Angel Nakov, directeur de la station : angel@skikozuf.com.mk