Chaque semaine, un membre de la rebloch'team nous présente un de ses spots favoris... Cette semaine, c'est Boris Pivaudan qui nous dévoile quelques itinéraires particulièrement prisés pour la pratique du ski en pente raide.

Vous faites de la peau de phoque et souhaitez aller taquiner la pente ? Découvrez trois spots incontournables des Alpes françaises avec pour chacun notre sélection d’itinéraires.

 

Bassin d’Argentière, massif du Mont-Blanc


Quand on pense ski de pente raide, l’image qui vient souvent en tête est celle des pentes incroyablement esthétiques du massif du Mont-Blanc. Et dans ce massif, le bassin du glacier d’Argentière a acquis la réputation d’être la Mecque du ski de pente raide. En effet, tous les ingrédients sont réunis : un choix pléthorique d’itinéraires de tous niveaux, des faces nord austères et grandioses, de l’altitude, ainsi que la présence de quelques sommets mythiques du monde alpin (Aiguille Verte, Droites, Chardonnet…). Ce cocktail a son succès puisque chaque année les mois d’avril-mai voient défiler des cohortes de skieurs se lançant à l’assaut des pentes locales, causant même certains week-ends des problèmes de sur-fréquentation dans les classiques du coin… impensable il y a quelques années !

Col des Cristaux (5.1 E2)
Un itinéraire classique d’initiation au ski de pente raide : le col des Cristaux présente l’avantage d’être une pente large et régulière, sans être trop longue (400m) ni trop exposée. Si la grande majorité de l’itinéraire reste d’une raideur raisonnable (entre 40 et 45°), c’est la partie haute qui lui donne sa cotation 5.1 car le final approche les 50° avec souvent quelques rochers.

Courtes, face nord-est (5.2 E2)
La nord-est des Courtes est assurément un jalon dans la vie d’un skieur de pente raide. Elle fait entrer dans l’univers des grands itinéraires. La célébrité attirant souvent la popularité, il n’est plus rare de voir plus d’une quinzaine de skieurs en même temps dans cette face. Pour cause : 700m de pente large et régulière, très esthétique, et ayant l’avantage de s’enneiger tous les ans. La pente y est plus sévère qu’au col des Cristaux, puisqu’on est ici à 48° de moyenne.

Chardonnet, face Ouest (5.3 E4)
Pour ceux qui préfèrent le soleil, direction l’autre côté du glacier d’Argentière pour partir à l’assaut des 3824m du Chardonnet. Sa face ouest attire irrésistiblement le regard depuis la vallée. La ligne s’y dessine astucieusement, en partant quasiment du sommet. Les bonnes conditions sont néanmoins délicates à trouver.

Aiguille Verte, couloir Couturier (5.4 E4)
Un autre mythe du ski de pente raide : le Couturier est simplement la ligne la plus esthétique du sommet que beaucoup considèrent comme le plus beau du massif. « A la Verte on devient montagnard » disait Rébuffat. Et dans le Couturier on devient un taquin de la pente ! 900m à 50° : les chiffres parlent d’eux-mêmes. Mais sa partie médiane est très souvent en glace. Dans ce cas, la voie Washburn (5.4 E4) peut être une alternative intéressante, quoique plus technique.

En savoir plus

 

Bassin d’Arsine, massif des Ecrins


Loin de l’effervescence chamoniarde, se trouve un endroit recelant de petits bijoux de ski de pente raide. Mais celui-ci ne se donne pas facilement, pour y accéder il faudra mettre les peaux pendant plusieurs heures, avec souvent du portage au printemps, que ça soit depuis le côté La Grave ou le côté Monêtier-les-Bains. Pourtant les skieurs locaux ne sont pas avares d’efforts : ces itinéraires du bassin d’Arsine sont tous régulièrement skiés chaque printemps.

Couloir Davin (4.3 E2)
A l’instar du col des Cristaux, le Davin est une porte d’entrée dans le ski de pente raide. A la différence qu’il est deux fois plus long que son homologue du Mont-Blanc, pour une inclinaison similaire (40-45°). Pour éviter de brasser dans les 800m de couloir, une option intéressante est de le faire en boucle via le glacier du Réou d’Arsine.

La Pyramide (5.1 E2)
Ce ne sont pas un mais trois couloirs qu’offrent les cols jumeaux de la Pyramide. De belles couennes de 400m encaissées plein nord et gardant la poudre. Quitte à être monté jusque là-haut, pourquoi pas en faire plusieurs dans la journée ?

Brèche Cordier (5.2 E2)
Un incontournable du secteur. Le couloir est de la brèche Corder propose une belle pente rectiligne de 500m de haut pour une inclinaison moyenne de 48°. Chauffant très fort dès les premiers rayons, il faudra envisager un départ matinal.

Agneaux, directe nord-ouest (5.3 E3)
Lorsqu’on monte au col d’Arsine depuis Villar-d’Arêne, la face nord-ouest des Agneaux frappe le regard et écrase tous les reliefs environnants. Dans celle-ci se dessine plusieurs itinéraires de pente raide dont le plus connu est le couloir Piaget. La directe nord-ouest offre elle une alternative très esthétique en permettant de skier la face, comme son nom l’indique, directement depuis le sommet de la calotte.

En savoir plus

 

Vésubie, massif du Mercantour


Après les cimes austères du Mont-Blanc et des Ecrins, cap au sud vers les Alpes d’Azur. Le massif du Mercantour n’a ni l’altitude ni les glaciers, mais offre un formidable terrain de jeu pour le ski de pente raide, surtout dans la vallée de la Vésubie, la plus alpine du massif. Sa proximité avec la mer et la frontière italienne fait que cette région peut bénéficier de très grosses chutes de neige via des retours d’est. On peut y faire du très bon ski de couloir jusqu’à fin mai, dans une nivologie souvent plus stable que dans les Alpes du nord.

Neiglier, couloir nord (4.3 E3)
La face nord du Neiglier est l’équivalent des Jorasses en miniature pour le Mercantour. Tout à sa gauche se trouve un couloir encaissé qui propose une belle ambiance et permet de skier depuis le sommet. Celui-ci offre un belvédère imprenable sur tout le massif et sur la mer. Lors de froides journées d’hiver on y voit très bien la Corse.

Pélago, couloir nord-est (5.1 E3)
A 2768m, le Pélago est l’usine à couloirs de la Vésubie. Ses versants sud, ouest et est possèdent chacun des itinéraires de grand intérêt. Le couloir nord-est mérite le détour pour ses 450m de ski dans une vraie ambiance de couloir. Le final est étroit et raide (50°).

Diagonale du Ponset (5.1 E4)
Ne vous fiez pas à la modeste cotation 5.1, la Diagonale du Ponset est un itinéraire assez extrême du fait de son incroyable exposition – une banquette de neige suspendue au-dessus de 300m de vide – et de sa technicité. Pour les amateurs de ski gazeux.

Pélago, couloir Nathalie (5.3 E3)
Au couloir Nathalie on entre dans le domaine du ski de goulotte. Cette ligne complexe se dessine dans la face ouest du Pélago. Tout y est : les 50°, les orientations multiples, les ressauts, et le final aérien sur l’arête sommitale. Un vrai bijou des Alpes du sud.

En savoir plus

 

Conseils matos


Pour toutes ces sorties, mieux vaut être bien équipé !
Voici quelques produits qui ne vous décevront pas :

Baudrier Tour Petzl : Compact, très léger, et à un prix abordable, il ne prend pas de place dans le sac. De plus il peut être enfilé sans déchausser les skis. Aucune excuse pour ne plus emporter son baudard !

Blizzard Zero G 95 : Sa rigidité en torsion donne à ce ski une accroche redoutable en pente raide. Avec son châssis en carbone, le Zero G 95 est un ski exigeant qui demande une technique sûre et propre. Une fois dompté, il ne vous trahira jamais lors de vos descentes les plus engagées.

Scarpa F1 : On ne présente plus cette chaussure qui réconcilie les amateurs de légèreté et de performance à la descente. A la fois technique, précise et robuste, la Scarpa F1 saura vous accompagner pendant plusieurs années dans n'importe quel terrain alpin.

Sélection Snowleader
Baudrier Tour Petzl Skis BLIZZARD ZERO G 95 Chaussures SCARPA F1
Baudrier
Tour Petzl
SKIS
BLIZZARD ZERO G 95
CHAUSSURES
SCARPA F1
Un baudrier d'alpinisme et de ski d'alpinisme léger et robuste Un ski très polyvalent offrant un excellent compromis poids/skiabilité Un must en termes de polyvalence, confort et performances
45,00 € 568,90 € 539,90 €
+ D'INFOS + D'INFOS + D'INFOS