Vous aimez rider, skier, du genre session à fond les ballons entre les sapins, vous amuser avec le relief ou plutôt du style à envoyer des figures en Snowpark ou en pipe, okay !

Que vous soyez un rider de l’extrême, un freestyler sur orbite, ou même un rider oldschool, vous avez surement eu l’occasion d’avoir un flirt sur les pistes avec une blonde, un skieur, un rocher, un poteau ou encore une plaque de glace. Alors il va sans dire que le casque est fait pour vous ! Un casque c’est léger, ça tient chaud et en plus ça peut vous sauver la vie. Alors n’hésitez plus, lors de votre prochaine sortie, essayez un casque et vous ne pourrez plus vous en passer.

Voici donc quelques conseils pour vous éclairer sur le choix du casque...

 

1. Comment est fait un casque ?


Un casque de ski  est conçu pour vous protéger des obstacles que vous risquez de rencontrer en montagnes : rochers, autres riders, arbres, glace, chute etc. De plus, contrairement aux casques d’escalade ou de skate, un casque ski possède des caractéristiques que n’ont pas ces derniers, telles que la protection des oreilles, la ventilation réglable, protection du froid et la compatibilité avec un masque de ski.

Un casque est généralement composé de 2 couches :
• La coque extérieure du casque, qui est une surface rigide, qui vous protègera la tête contre les chocs et les objets tranchants. La coque propage aussi l’impact sur une plus grande partie du casque.

• La doublure intérieure qui se compose généralement d’ EPS (polystyrène expansé). Son but est d’absorber l’impact et ainsi d’éviter les traumatismes crâniens. La doublure interne agit comme une mousse qui se comprime en absorbant le choc, et vous laisse ainsi toute votre tête.

Technologies de fabrications
• Technologie « In Mold » : la Technologie « IN MOLD » a pour processus, de mouler le casque en fusionnant la coque externe avec l’amortisseur de choc en EPS (polystyrène expansé).  La coque de votre casque est donc faite d’une unique pièce. L’avantage de ce processus est d’apporter de la légèreté, la possibilité de créer une ventilation plus performante et mieux diffuser l’impact, en cas de choc.

• Moulage classique
Avec la procédure classique, le casque est constitué de 2 pièces, la coque externe, et l’épaisseur interne. La coque externe est faite en plastique dure ABS, et, l’épaisseur interne (l’amortisseur de choc) est faite par moulage en EPS.  Les deux parties sont réunies et collé. Ce processus de fabrications est moins onéreux que le « in molding ». Mais le casque est plus lourd, et il est difficile de créer une ventilation réglable.

 

2. Choisir votre casque


Choisir votre taille
: vous devez mesurer votre tour de tête, pour cela munissez vous d’un ruban de couturière,  et positionner le au-dessus de vos oreille et de vos sourcil, vous obtenez une taille qui varie entre 52 et 65 cm environ. Une fois que vous avez cette information, reportez vous  aux caractéristiques du casque de votre choix, et choisissez votre taille.

De nombreux critères entrent dans le choix d’un casque.

Poids : avec un casque léger, vous aurez tendance à l’oublier, et vos mouvements ne seront pas pénalisés par le poids
Ventilation : une bonne ventilation vous permettra de réguler la température, d’évacuer la sueur. Il est préférable de choisir les casques qui ont une ventilation réglable. Cela vous permet de modifier le flux d’air tout en continuant de rider.
Hygiène : beaucoup de casques ont les housses et des garnitures internes détachables et lavables.
Audio : Certains casques ont des écouteurs audio intégrés, qui vous permettent d’écouter votre lecteur mp3 ou votre talkie-walkie. D’autres casques, ont la possibilité d’intégrer des écouteurs (Giro et Red)
Coussinets et doublure : Certain modèles sont vendus avec des coussinets amovibles pour régler le casque à la forme de votre tête. La doublure amovible peut être lavée ce qui est agréable après une journée de ride.

 

Alors n’hésitez plus, munissez vous d’un mètre, mesurez votre tour de tête, et équipez vous d’un casque de ski.