Vous voilà dans un magasin, prêt à choisir votre tenue de ski. Si le côté «tendance» est important, l’aspect technique est primordial pour ne pas regretter votre achat une fois sur la neige ! Face aux différents termes spécifiques, cotations et membranes en tous genres, vous hésitez. Voici quelques conseils.

 

Comment choisir sa tenue de ski ?


La principale fonction d’une tenue de ski est de vous protéger du froid, de la neige et du vent, tout en vous gardant au sec. Les marques travaillent toutes à résoudre cette équation. Mais selon les produits et l’utilisation à laquelle ils sont destinés, les fabricants mettent davantage l’accent sur un aspect plutôt qu’un autre.

C’est donc à vous de définir vos priorités et votre type de pratique avant de choisir une tenue : tolérance au froid, ski sur piste ou hors piste, intensité des séances sont tout autant de paramètres déterminants.

 

Isolation, imperméabilité, respirabilité...


Dans la jungle des termes techniques, des matières, des membranes et des cotations, il y a de quoi être un peu perdu. D’autant que les degrés d’efficacité diffèrent entre le haut de gamme et le bas de gamme.

La plupart des tenues de ski sont cotées avec deux chiffres, que vous trouverez sur l’étiquette (par ex : 10.000/8.000 ou 20.000/20.000). Le premier exprime l’imperméabilité, le second la respirabilité.

L’imperméabilité se mesure en mm Schmerber : plus le nombre de mm est élevé, plus la membrane est performante. Privilégiez un indice supérieur ou égal à 10 000mm, pour être au sec dans toutes les conditions. La veste (ou le pantalon) doit aussi avoir toutes les coutures étanches. Si vous faites du freeride et passez donc beaucoup de temps en poudreuse, choisissez plutôt un indice de 20 000mm minimum. Veillez particulièrement à cet indice d’imperméabilité sur le pantalon : on s’assoit sur des télésièges mouillés quand il neige !

La respirabilité d’un vêtement est primordiale : on commence à avoir froid quand on est mouillé. La sueur doit donc être évacuée de façon efficace. La respirabilité se mesure en grs/m2/24H : plus le nombre de grs est élevé, meilleur est le transfert d’humidité. Privilégiez un indice supérieur ou égal à 8 000grs/m2/24H.

Une veste isolante résiste à la pénétration du froid et du vent. Hyper important, puisqu’avec un vent soufflant à 30 km/h, une température de 5 °C donne un ressenti de -8 °C ! Toutes les vestes du marché sont isolantes, mais si vous skiez souvent au-dessus de 2800 m, mieux vaut opter pour une membrane coupe-vent (WindStopper par exemple).

Voici donc une tenue qui vous garde au chaud, à condition de s’habiller correctement en dessous : exit le coton (qui garde l’humidité), on privilégie une première couche respirante (en mérinos, comme chez Mons Royale par exemple), puis une seconde couche imper-respirante type softshell ou, s’il fait très froid, une petite doudoune compressible (Millet par exemple). 

 

Gore-Tex, Primaloft, Thinsulate késako ?


Devant les différents noms de membranes, difficile parfois de s’y retrouver !

Facile, le Gore-Tex rassemble tous les aspects que l’on vient d’évoquer : isolation-imperméabilité-respirabilité maximales et coutures 100 % étanches ! C’est le top de la membrane technique, grâce à des pores 20 000 fois plus petits qu'une goutte d'eau, mais 700 fois plus grands qu'une molécule de vapeur d'eau. L'eau sous sa forme liquide ne peut donc pas pénétrer, mais la vapeur d'eau peut facilement s'évacuer ! De nombreuses marques proposent du GoreTex sur leurs produits, et doivent respecter un cahier des charges très strict.

Le Primaloft et le Thinsulate sont quant à eux de très bons isolants, qui apportent de la chaleur tout en étant respirants. Aussi chaudes que du duvet de canard, ces membranes évacuent mieux l’humidité corporelle.

 

Out la doudoune ?


Non, bien sûr ! Cependant, elle n’est pas conseillée si vous engrangez du dénivelé ou faites des efforts intenses, car elle est moins respirante et très chaude. En revanche, elle est idéale pour les frileux ! Le duvet naturel reste le must en terme d’isolation, avec un côté douillet très agréable.

Le label Eldeven, développé par Pyrenex, est une référence dans le duvet de canard des Pyrénées, et est utilisé par de nombreuses marques : Rossignol, Quiksilver, Roxy, Salomon, Billabong etc...

 

La fonctionnalité de votre tenue de ski


Les matières et les membranes ne sont pas le seul aspect auquel se fier concernant la technicité d’un produit. La coupe est primordiale : par exemple, le bas du dos est particulièrement sensible au froid, il faut donc que la veste descende bien bas. Quelques marques proposent un système de zips sur leurs vestes et pantalons, c’est un plus intéressant.

Autres détails à vérifier : les aérations, les manchons de poignets, la jupe pare-neige, la capuche ergonomique compatible avec le port du casque, et bien sûr les poches qui doivent être faciles d’accès et fermées par des zips.

Dernier détail et pas des moindres, l’encombrement : une veste légère et facilement compressible est à conseiller pour les adeptes de freeride et de rando. Millet, Fusalp et quelques autres marques proposent des vestes compressibles dans un pochon intégré, qui tiennent très peu de place dans un sac à dos.

 

En vérifiant chacun des points cités ci-dessus, vous avez la garantie de choisir une tenue de ski de qualité. À vous désormais de faire un choix pertinent en fonction de vos attentes et de votre budget. Et malgré tous les efforts des fabricants, la perception du froid restera toujours un paramètre extrêmement personnel. La température de confort peut en effet varier de 10 degrés entre deux personnes portant les mêmes vêtements dans les mêmes conditions extrêmes !