Skier en hors piste requière un bon niveau de ski et une bonne expérience. Comme les conditions de neige rencontrées en hors piste peuvent être très différentes (poudreuse, neige croûtée, dure, trafollée, neige de printemps, neige lourde etc), et les terrains très variables (combe, forêt, large pente, couloir, pente raide etc), un bon skieur hors piste doit savoir skier et maîtriser parfaitement son évolution dans toutes les conditions. Cela requière donc de la technique et de la polyvalence.

Voiçi une petite série de conseils techniques pour bien skier hors piste et se faire plaisir!

 

Les 3 règles incontournables de l’évolution hors piste


► Etre toujours en total contrôle de ses skis, de sa vitesse, quelques soient les conditions de neige et de visibilité
► Evoluer pour cela sur des terrains en adéquation avec son niveau technique, sa condition physique, son état de fatigue et son expérience.
► Etre efficace, alerte et à l’écoute de l’environnement, savoir s’adapter

Selon la qualité de la neige et le terrain, il faut sans cesse utiliser des techniques différentes, et c’est cela la clé d’une bonne évolution hors piste. Il faut aussi savoir s’adapter au risque : dans un passage plus critique en terme de risque d’avalanche, on reste doux sur les appuis, et on essaie de s’en éloigner le plus rapidement possible plutôt qu’en dessinant une belle godille ! Bien sûr, on part toujours hors piste équipé, et non sans pris connaissance du dernier Bulletin Régional du risque d’Avalanche.

Mais quand on est novice, le plus efficace pour progresser dans la pratique hors piste reste de s’offrir les services d’un moniteur ou d’un guide qui saura vous aider à adopter les bons réflexes techniques et évoluer en sécurité.

 

Les différentes techniques de ski en hors piste


On l'a dit, un bon skieur hors piste doit s'adapter aux conditions changeantes (terrain, qualité de la neige...) et pour cela, il peut adopter plusieurs positions/attitudes. Voici les trois principales, celles avec lesquelles vous allez pouvoir faire face à presque tous les types de neige.

En cas de poudreuse légère ou de neige de printemps : Skier comme sur une piste, on presque !
Bonne nouvelle, dans ce type de conditions de neige, la technique n’est pas forcément très éloignée de celle du ski de piste: c’est par exemple le cas quand il y a peu de neige fraîche (10-15 cm) avec un fond dur dessous, ou en ski de printemps ! Il faut donc simplement être attentif, précis dans ses appuis, regarder loin devant pour pouvoir anticiper et rester maître de sa vitesse.

En poudreuse : S’adapter à la qualité et à la profondeur de la neige
En poudreuse, il co-existe plusieurs techniques de ski, puisqu’on peut évoluer en grandes courbes comme en petits virages, selon ses envies, son niveau, le degré de pente, la largeur du terrain, la qualité et l’épaisseur de la neige fraîche. D’où l’importance d’avoir un niveau suffisant pour couvrir cette palette. Difficile donc de tout décrire et lister sur un papier, mais voici quelques conseils malgré tout :

-On fait pivoter ses skis à plat et non plus sur les carres.
-Pour tourner, on s’aide de la sensation de rebond, d’appui sur la neige.
-On garde toujours le contact tibia-languette : si on se met en arrière, on risque de perdre le contrôle des skis et de s’épuiser.
-Quand il y a beaucoup de neige fraîche, il faut garder le poids réparti sur les 2 pieds.
-Le mouvement vertical est primordial en poudreuse.
-L’appui bâton donne le rythme et ne doit pas être négligé
-Il ne faut pas oublier de respirer pendant que l’on skie, cela paraît bête, mais nombreux sont les skieurs qui l’oublient et s’essoufflent rapidement

En pente raide : on adopte le virage "sauté"
Quand le degré de pente est important et la neige dure, il faut pratiquer des virages sautés pour rechercher l’allègement, et ainsi faciliter le changement de carres. Ce pivotement rapide et ample permet de maîtriser la vitesse.
Depuis l’arrêt, bâtons plantés, on porte le poids du corps sur le ski aval, les skis écartés, le ski amont avancé. On charge ensuite brièvement le ski amont, pour déclencher le pivotement des deux skis. La réception est amortie par un dérapage latéral.

 

Acquérir une bonne technique de ski hors piste demande du temps et beaucoup d’expérience pour être parfaitement efficace quelque soient les conditions. C’est le passeport indispensable pour se faire plaisir et évoluer en sécurité.