Le ski nordique, communément appelé ski de fond, est un sport ludique et ressourçant puisque les pistes damées proposent généralement de s’aventurer en forêt, sur de beaux plateaux, à l’écart des pistes de ski alpin et de leur tumulte. On l’associe souvent à un effort dont on ne sent pas à la hauteur. Qu’on se ravise ! Le ski nordique demande certes de faire travailler ses muscles mais pas de mobiliser des ressources de sportifs professionnels, au contraire l’effort est progressif, régulier et rythmé par une gestion de son souffle, ce qui est à la portée de tous, pour peur qu’on s’y prépare. Nous avons donc pensé bon de vous dresser ici les différentes caractéristiques de ce sport-loisir qui en ravira plus d’un une fois en pistes…

 

Avant de se lancer sur les pistes de ski de fond


Première chose, le matériel. Voyons de quoi il s’agit. Les différences entre le matériel de ski nordique et alpin sont bien marquées. En ski de fond, seul l'avant de la chaussure s'attache au ski. Le talon est libre pour plus de mouvement, à l’image du télémark. A l’inverse en alpin, toute la chaussure est fixée au ski afin d’assurer la sécurité du skieur lors de la prise de vitesse (le ski ne se détache pas de la chaussure, sauf en cas de chute importante bien évidemment).

Le profil du ski nordique diffère également de son frère alpin. Les premiers sont longs, droits, et étroits pour mieux glisser sur des pistes linéaires alors que les seconds ont plus de courbes - étroits au patin (sous le pied) et plus larges vers les spatules et les talons pour faciliter la prise de cares dans les virages. Plus spécifiquement, quand on souhaite s’initier au ski nordique, deux styles de pratique s’offre à nous : le classique et le skating. Et donc deux types de paires de ski : la paire de skis classiques, revêtue d'une semelle écaillée, comme un poisson et celle de skating à la semelle lisse pour une glisse plus facile. Il faut être sûr de chausser le bon ski selon le style de glisse adopté.

Du côté des vêtements, ceux qui équipent les skieurs nordiques sont généralement moins coûteux que leurs cousins alpins dont les vestes et pantalons sont souvent aussi stylés que techniques. Après tout est question du look que l’on souhaite adopter et de ses goûts personnels qui peuvent vite faire chiffrer l’addition en magasin ou sur le Net.
Le conseil des pratiquants est de se parer de plusieurs couches à la façon millefeuilles afin de s’adapter aux conditions et aux efforts fournies. Voici la composition vestimentaire idéale : un textile technique absorbant près de la peau pour rester au sec, suivi d'une couche maintenant la chaleur comme une polaire et enfin un coupe-vent assez souple et ample pour permettre d’effectuer de grands mouvements. Une fois les premiers efforts engagés, d’autant plus par temps sec et chaud, on enlève les couches pour être à l’aise.

 

Premiers pas de skating


Christina Rebuffet-Broadus nous raconte ses premiers pas de skating lors d’un cours de ski de fond pris à Autrans, site labellisé Nordic France, réputé pour la qualité de ses installations et de ses pistes, une idée de ce qui vous attend…

« J’étais une habituée des remontées mécaniques et un jour j'ai décidé de tenter le ski de fond afin d'élargir mes horizons enneigés. La pratique n'avait pas l'air trop difficile, mais d'abord il fallait choisir entre le classique et le skating.
Le classique semblait assez facile - mettre les skis dans des rails tracés et balancer les bras et les jambes opposés en marchant ou glissant. Le skating, qui imite le mouvement d'un patineur, offrait plus de challenge. Je me suis inscrite donc pour un cours de skating.

On n'est jamais à l'aise quand on se sent observé, mais c'est comme ça que le cours a commencé. J'ai fait du skating devant Régis, moniteur à l'ESF d'Autrans qui avait une heure pour me transformer en championne. Je suis partie devant pendant qu'il évaluait ma technique… enfin mon manque de technique devrais-je plutôt dire... Je me suis agitée sur la piste et après quelques minutes d’observation, il m’a annoncé qu’il y avait un gros travail à faire !

D'abord il fallait comprendre le mouvement. Dans le skating, le bassin devrait se balançait comme un pendule. L'énergie est transportée vers le talon, créant un mouvement de glisse qui vous fait avancer. Après avoir saisi le concept, nous avons commencé à travailler les techniques de base. Les skis en V, on montait une petite colline en se dandinant, toujours avec le mouvement de pendule. Cette technique m'économiserait beaucoup d'énergie plus tard sur les petites montées de la piste. »

 

Pour aller plus loin et se mettre au ski de fond…


Si comme Christina Rebuffet-Broadus, vous avez pris goût au ski nordique et que vous ne demandez qu’à améliorer votre pas de skating, écoutez la suite de l’enseignement suivi par Christina à Autrans les jours suivants…

« De retour en piste avec Régis mon moniteur de ski nordique, je me suis appliquée à maîtriser le skating. Nous sommes d’abord partis en pas de skating léger, balançant le bassin de droite à gauche pour apprendre à déplacer mon poids d'un pied vers l'autre sans tomber à la renverse.

Nous avons ensuite ôté nos skis pour nous entrainer à poser le pied sur la neige avec le talon en premier (commencez avec la pointe du pied et vous risquez de finir en grand écart). Nous avons remis les skis pour faire le demi-pas, avec un pied dans les rails, l'autre libre sur la piste. Avec seulement une jambe pour me propulser, c'était facile de comprendre l'importance de pousser à travers le talon pour mieux avancer.

Après une heure de cours, j'ai compris que les prochains J.O. ne seraient pas pour moi. Par contre je me sentais suffisamment à l'aise pour faire des tours en skating pendant tout l'après-midi, travaillant ce que je venais d'apprendre.
De retour au foyer de ski de fond, Régis m'a donné quelques conseils pour ceux qui souhaitent troquer le télésiège pour les tracées (à noter pour vous y mettre comme moi :

1. Le skating ne doit pas être votre première expérience de glisse. Il est préférable d'avoir déjà pratiqué le ski auparavant, que ce soit de l’alpin, du nordique classique, éventuellement du ski de saut, et ce afin d’avoir déjà des notions d’équilibre à skis.
2. Prenez au moins un cours. Le skating demande certains gestes techniques qui ne sont pas difficiles à assimiler mais qui ne sont pas très naturels. Vous ne pouvez pas improviser en espérant que ça marche.
3. Prenez les bons skis : n'essayez pas de faire du skating avec des skis classiques et ne pensez pas que vous pouvez faire du classique avec des skis de skating.
4. Commencez facile. Les débutants devraient rester sur des pistes plates pendant qu'ils apprennent les mouvements. Pourquoi rendre les choses difficiles en s'attaquant aux montées le premier jour ?
5. Ne vous découragez pas. Le ski nordique peut sembler difficile au prime abord, mais c'est un sport très accessible, c'est simplement une question de pratique.

Alors vous fondez vous aussi pour le ski de fond ?