Vous ne vous êtes jamais dit en regardant les Alpes qu'avec le nombre de stations existantes ont devrait pouvoir les traverser d'un bout à l'autre sans utiliser de voiture?

Si? et bien François Kern (plus connu sous le sobriquet de 'Chuck'), Eric Berlow, Franzis, Tobias Luthe, Pierre-Henri Vernet, et Stewart Sheppard se sont dit la même chose et tente en ce moment même de relier le lac Léman à la Mediterranée en essayant d'engranger un maximum de dénivelé négatif et d'itinéraires hors-piste tout en utilisant le moins possible de transport motorisé.

  

Itinéraire envisagé pour cette traversée des alpes à ski

- J1 : départ de Châtel, traversée des portes du Soleil
- J2 : départ de Samoëns, traversée du grand Massif
- J3 : départ de St-Gervais, traversée de l'espace mont-Blanc
- J4 : départ de Arêches-Beaufort, traversée du Beaufortain en rando
- J5 : départ de la côte d'Aime, traversée Paradiski
- J6 : départ de Bozel, traversée des 3 Vallées
- J7 : départ de Valloire, montée au col du Galibier, descente sur Serre-Chevalier
- J8 : départ de Montgenèvre, montée du col de l'Izoard
- J9 : départ de Risoul, traversée de la Forêt blanche
- J10 : départ de Barcelonettte, traversée du domaine de Sauze-Super Sauze
- J11 : rando jusqu'au col de la Moutière, jonction avec St Etienne de Tinée, Isola 2000. Du haut des pistes, on voit la mer Mediterranée!

  

1ère journée : Les Portes du Soleil

Traversée des Portes du Soleil de Châtel a Samoëns.
Conditions parfaites, neige froide et légère et station quasiment vide.
On a l'impression d'avoir la station pour nous, c'est exceptionnel.
La neige et fantastique mais il fait froid: -15...
En fin de journée, un passage a l'office de tourisme de Morzine nous permets de voir des infos locales sur le passage que l'on compte emprunter pour rejoindre Samoëns.
La traversée se passe sans encombre dans la poudre, le silence et une superbe lumière de fin de journée. La descente a d'ailleurs quelque chose d'irréel car nous sommes sur la route, et il y a 10cm de poudre froide et legere.

Bilan du jour: 53km de ski et 5800 m de dénivelé.

  

2ème journée : Le Grand Massif

Traversée du Grand Massif de Samoëns a St Gervais.
Quand ça veut pas, ça veut pas. Entre les navettes qui passent sans s'arrêter, les fixations qui cassent et le mauvais temps, rien ne va plus.
Il fait beau et la visibilité est parfaite ce matin, la neige crisse sous les skis. Comme hier il n'y a que peu de monde pour braver le grand froid: -25 ce matin, ça commence a piquer un peu.
Le plan était de passer par un gros itinéraire de rando pour redescendre sur Passy mais le mauvais temps nous oblige a rebrousser chemin. Nous voila donc coincés a Flaine avec pour seule solution de redescendre en bus vers Cluses et ensuite de faire la jonction en train. Qu'importe, le but était de partir a l'aventure, nous voila servis.
L'accueil au Chalet Hôtel Beausoleil à St Gervais est parfait et l'équipe sombre rapidement dans les bras de Morphée: a chaque jour suffit sa peine!

  

Jour 3 : l'Espace Mont-Blanc et l'Espace Diamant

Traversee de l'espace Mont-Blanc et de l'espace Diamant.
Ca risque de devenir répétitif, mais on rencontre toujours aussi peu de monde sur le pistes et les conditions sont parfaites: pistes damées comme des billards (lorsque on est sur les pistes) et neige très froide, abrasive, super agréable a skier même si parfois avec le froid ça 'colle' un peu. Va vraiment falloir penser a farter, mais je crois qu'on aura le temps pour ça une fois que l'on sera rentrés...
En fin de journée, plongée en direction de Hauteluce du haut des pistes des Saisies, un petit fond de 20cm de poudreuse froide et légère nous porte a travers champs, et à travers la fôret, jusqu'au portes de Beaufort où l'équipe prendra une nuit de repos bien méritée avant la première grosse étape de rando du voyage.

Pour les stats ça donne: 44km de ski et 4900m de dénivelé.

  

4ème journée : Le Beaufortain en rando

Aujourd'hui la première grosse étape de rando du voyage; 600m de dénivelé en montée a partir du barrage de St Guerin. Bien sûr pour se donner du coeur a l'ouvrage le team est d'abord au col de la Forclaz et au col de la Louze (ca ne s'invente pas) pour s'offrir un run de 900m de descente dans un cadre iréel et une poudreuse parfaite. Ceci, après avoir raté la navette du matin et avoir du faire du stop pour arriver jusqu'à la station. Il fait froid, encore, mais la montée se passe vite et bien. Sauf qu'avec le mic-mac de ce matin, l'arrivée au cornet d'Arêches (2100m) se fait a 17h... On trouvera le chalet que l'on nous a gentiment prêté a entre deux nants à la lumière de la pleine lune... Reste a chauffer la place pour une soirée diots & doudoune, prêts pour repartir le lendemain a l'assaut de la Plagne.

En stats: 2900 m de dénivelé négatif et 32km de ski

  

Cinquième journée : Le domaine de La Plagne

Redescente sur Aime et traversée de la Plagne pour arriver a Bozel.
Encore une grosse journée qui nous attends avec la redescente sur Aime par les alpages. Assez bien gérée puisqu'on a déchaussé devant l'église d'Aime :-)
Après un choc violent du au prix de la navette pour monter en station: 10€/personne dont on s'est remis devant une bonne pizza, l'équipe a pu traverser le domaine skiable de la Plagne et redescendre en hors-piste sur Bozel. Pour ne pas faire d'envieux je ne parlerais pas des conditions de neige ni de l'absence de traces, et encore moins de l'accueil super sympa du soir devant un bon verre de Mondeuse.
Encore une fois neige froide et legere, un peu croutee en face sud mais globalement exceptionnelle. Toujours aussi peu de monde en station, ce sera surement très différent la semaine prochaine.

Pour les stats ca donne 40km de ski et 4100m de denivele negatif.

   

Jour 6 : Les 3 Vallées

Traversée des 3 Vallées au depart de Bozel, arrivée a Valloire.
Les Trois Vallées, c'est vraiment le plus grand domaine skiable du monde, on a tendance a l'oublier. Mais nos amis Allemands et Américains eux sont totalement bluffés. Ils regardent dans tous les sens et sont abasourdis autant par les infrastructures que par le potentiel de hors-piste accessible.
De bonnes conditions de neige, mais un petit coup de vent qui nous oblige a basculer du côté Orelle plus rapidement que prévu et qui nous prive de la descente en hors-piste sur Orelle. Qu'a cela ne tienne, on en a profité pour tracer la poudre toute fraîche, apportée par le vent sur Orelle...

Pour les stats ca donne: 100km en distance totale dans la journée dont 60km sur les skis et 8500m de dénivelé.

   

Jour 7: Le massif des Cerces

Départ du haut des remontées de Valloire pour la traversée du massif des Cerces.
Ca y est nous avons officiellement passé le cap de la mi-chemin. Les montagnes ont changé, la végétation aussi, les arbres ne sont plus les mêmes. Les gens sont aussi plus cool: on est dans le sud :-)

Sur les bons conseils du guide qui gère aussi le gîte où nous passons la nuit, changement de programme. On ne fera pas la remontée longue et 'chiante' (désolé mais c'est vrai) de la longue vallée qui mène au col de Ponsonnière. Au lieu de cela on passera au pied de l'Aiguille Noire qui n'est somme toute pas trés loin du domaine de Valloire. L'itinéraire est magique: on passa par un col situé entre deux aiguilles rocheuses avant de descendre sur un petit lac, remonter, puis redescendre à nouveau jusqu'au lac des Cerces et finir par le collet de Ponsonnière.

Après plus de 6h de rando, grosse ambiance au passage du dernier col de la journée, avec plusieurs passages tendus: le manteau neigeux ne cesse de craquer et de relacher des 'phew' inquiétants. Tout fini bien et l'équipe peut plonger pour la dernière descente de la journée en direction de pont de l'Alpe du coté de Serre-Chevalier.
Pour cette descente, c'est la première fois que les conditions sont difficiles, voire pourries. Je crois que c'est la pire que j'ai jamais skié!

En bas, petit coup de ski de fond pour rejoindre Monetier les Bains, ou l'équipe pourra prendre la dernière navette de la journée pour Briançon. Premier coup d'éclat: on détourne la navette pour qu'elle nous dépose à la gare afin de pouvoir prendre l'autre navette pour Montgenèvre. Ce qui est fait, avec un micro-poil de répit.
Arrivée à Montgenèvre à 19h, 10h après avoir chaussé...

Ah oui chose non négligeable, Chuck qui s'était fait mal au genou nous a enfin rejoint, ça promets!

Pour les stats ca donne: 53km de voyage dont 25 en ski et 3500 mètres de dénivelé.

   

Jour 8: De Montgenèvre à Guillestre, via le col de l'Izoard.

Après avoir passé le cap de la mi-chemin hier, l'équipe s'enfonce dans le sud. Les stations sont tout aussi étendues mais plus distantes les unes des autres. Nous avons donc une deuxième "grosse bavante" en vue aujourd'hui: le col de l'Izoard.

Encore de la poudre au départ de Montgenèvre, on pourrait croire que cela devient lassant mais non! :-) On plonge du haut de Montgenèvre sur la vallée qui va nous ramener à Cervières et au départ de la montée du col. Montée qui se fait sous un grand soleil, sans vent; encore une fois la météo est avec nous et ce qui aurait pu être un calvaire se transforme en une belle journée en montagne. Et puisque l'on est en avance sur le planning, on s'octroie une pause au refuge Napoléon juste en dessous du col.
Après cela ne reste que le plaisir de la descente, dans un beau canyon minéral, avec toujours une neige parfaite (normal il fait -15°c) jusqu'a Arvieux. Le temps de faire une courte pause et la navette pour Guillestre arrive.

Pour les stats ca donne 52km de voyage dont 32 sur les skis et 4100m de dénivelé négatif, dont 3400 sur les skis.

   

Jour 9: De Guillestre à Barcelonette, via le domaine de la Forêt Blanche

Un petit tour de navette et c'est reparti, cap sur Risoul-Vars et le domaine de la Forêt Blanche.
On a d'ailleurs compris pourquoi ça s'appelait comme ça, avec plein de beaux pins cembros couverts de cristaux tout blancs.
Après une rapide traversée du domaine, et une fois n'est pas coutume un peu de temps pris pour arpenter les pistes, les impératifs du raid reprennent le dessus : P'tite rando pour se rendre au col de Vars (une centaine de mètres au dessus de la station) et hop on plonge.
Encore et toujours de la poudre, dans les pentes en descendant du col. Neige froide cristalline entre les melèzes, super agréable à skier.
Petit sprint de 4km en faux-plat montant avant de redescendre sur le village de St Paul sur Ubaye, car il n'y a qu'une seule navette dans la journée et elle passe à 15h50, ce qui raccourcit sérieusement la journée. Mais tout va bien, l'équipe est au complet à l'arrêt de bus lorsque passe la navette.
En arrivant à Barcelonette, on voit notre premier panneau Nice: 140km et sur la place de Barcelonette, les locaux jouent à la pétanque....

Les stats du jour: 36,4km de ski et 3100m de dénivelé.

  

Jour 10: De Barcelonette a Bayasse, via le domaine de Sauze/Super Sauze

Pour ceux qui n'auraient pas suivi, ces deux villages sont dans le sud, le vrai sud pas loin de la Méditerranée, genre 160 km a peine. Mais ca c'est quand les cols sont ouverts, et en ce moment ce n'est pas le cas... Petite journée plus tranquille aujourd'hui: on devrait enfin avoir le temps de skier un peu et de faire le tour du domaine de Sauze/Super Sauze.

La surprise du chef c'est que malgré le fait qu'il n'ait pas neigé depuis 10 jours, on trouve encore de la poudre a tracer, entre les arbres dans la station. Après quoi retour à l'objectif du trip: on monte en 5 minutes au col de Fours, juste au dessus d'un téléski et l'on bascule sur la vallée qui doit nous mener à Bayasse.

Pour les mauvaises langues qui diront que l'on fait du marketing et que l'on ne parle que de la bonne neige et de la poudreuse que l'on a trouvé tout au long de ce voyage, sachez qu'à la descente du col de Fours nous avons du inventer une nouvelle technique de ski tellement la neige était pourrie: le ski de survie.
En chemin nous avons aussi eu le plaisir de croiser quelques chamois et notre premier bouquetin du voyage.

Les stats du jour: 30km de ski et 3000m de dénivelé.

 

Jour 11: De Bayasse à Nice via le col de la moutière et Isola 2000.

Quoiqu'il arrive aujourd'hui c'est le dernier jour, car les uns et les autres ont déjà des obligations pour le lendemain, retour a la vie réelle donc. Mais il nous reste encore un jour alors autant en profiter.

Pour une fois réveil et départ tardif: sur les skis à 9h30 devant le gite. la montée est longue mais tranquille. On est dans le parc National du Mercantour, on en profite pour lever les yeux et profiter du panorama. L'arrivée au col est un peu tendue à cause des accumulations de neige mais ça passe.
Dernier casse-croute à base de Saucisson et de fromage local, avant de descendre sur St Dalmas le Selvage ou nous attendent des amis qui vont nous emmener jusqu'à Isola 2000, car il n'y à aucune navette dans ce fond de vallée. La bonne surprise c'est que nos amis ont décidé de monter en rando et on les croise à mi-chemin.

Mais le raid n'est pas fini, il s'agit d'arriver à Isola avant la fermeture des pistes afin d'apercevoir la mer du haut des pistes. L'équipe arrive à Isola vers 15h, mais se perd en chemin et le dernier télésiège qui doit nous permettre de voir la mer ferme devant notre nez. Grosse déception, malgré une âpre négociation avec les pisteurs, pas possible de monter en télésiège. Bon ben tant pis... on montera à pied alors, au point ou en est 200m de dénivelé en plus ça ne changera rien.

On arrive en haut avec la Méditerranée en fond, fourbus mais heureux d'avoir réalisé ce rêve.
Evidemment la journée n'est pas finie, elle se terminera bien plus tard par une baignade "de minuit" sur la plage de Nice et une grosse pasta party.

Demain retour à la maison en train.
Reste une seule question: recommencer, mais ou?

Les stats du jour: 196km de voyage, dont 32 en skis et 4000m de dénivelé.


Intégralité de cette aventure (récit, photos...) à retrouver sur la page Facebook de la Traversée des Alpes