Francais

Bien choisir ses gants de ski

31 juillet 2019 | Stéphane GIRAUD-GUIGUES

Imperméabilité, chaleur, confort, facilité d'utilisation... Découvrez comment bien choisir vos gants de ski en fonction de votre pratique !

Imperméabilité, chaleur, confort, facilité d'utilisation... Découvrez comment bien choisir vos gants de ski en fonction de votre pratique !

Copyright: Lukas Godja - Fotolia.com

Les gants de ski font partie intégrante de l’équipement de glisse. Rien de plus désagréable que d’avoir les doigts froids, humides… Les différentes technologies développées autour de leur efficacité évoluent sans cesse et offrent un éventail de choix important aux utilisateurs, encore faut-il comprendre à quoi correspondent ces caractéristiques techniques et à qui elles sont destinées. Faisons le point pour comprendr ensemble comment choisir une bonne paire de gants de ski...

 

Pourquoi porter une attention particulière au choix de ses gants de ski ?


Lorsque l’on skie, nos doigts sont soumis à une multitude de contraintes. Entre la pression à exercer sur les poignées des bâtons, les fortes amplitudes de températures au cours de la journée et les chocs absorbés lors des chutes, nos doigts méritent une protection optimale, raison pour laquelle il faut apporter une attention toute particulière au choix de sa paire de gants de ski.

Nous allons donc examiner ensemble les différentes caractéristiques à prendre en consiédération afin d’éviter de se retrouver sur les pistes les doigts gelés, enflés, recroquevillés et d’être obligé de souffler dans une mauvaise paire de gants de ski toutes les 5 minutes pour tenter, en vain, de les réchauffer...

 

Principaux critères de choix d’une paire de gants de ski


Plusieurs facteurs caractérisent une bonne paire de gants de ski : sa capacité d'isolation, son imperméabilité, sa respirabilté, son confort... Autant d'éléments en prendre en considération au moment de choisir sa future paire afin d'éviter les mauvaises surprises...

► Isolation & maintien au chaud

Vent, froid, chutes de neige : les sommets sont parfois malmenés par les conditions climatiques et seuls des gants de ski à l’isolation thermique optimale permettent de protéger les doigts. L’isolation thermique ne consiste pas à créer de la chaleur mais bien à conserver la chaleur naturellement dégagée par les doigts. Différentes technologies de doublure des gants assurent cette propriété.

Tout d’abord l’isolation Primaloft®, composée de fibres synthétiques, rassemblée en couche extérieure sur le gant, souvent située sous la membrane imperméable. Ce produit est décliné en trois niveaux de performance :
- Primaloft® Black qui offre une tenue basique de la chaleur pour un gant léger et respirant qu’on pourra compresser facilement.
- Primaloft® Silver avec un maintien renforcé de la chaleur ainsi qu’une membrane déperlante à l’extérieur.
- Primaloft® Gold aux propriétés optimales.

Certaines marques de gants de ski ont développé une technologie similaire (isolation thermique Fiberfill chez Racer et Hyperloft™ chez Millet). A défaut d’une technologie spécifique, la doublure polaire de certains gants apporte aussi chaleur et confort aux doigts. La doublure est alors constituée de polyester, fibres synthétiques tricotées et grattées, technique offrant une sensation duveteuse. La densité de la doublure polaire indique son degré de maintien calorifique : les doublures les plus épaisses seront donc les plus efficaces (mention spéciale pour la référence en la matière : la doublure polaire Silk™).

Autre matière utilisée : la doublure en duvet. Le maintien de la chaleur des doigts est alors assuré par le rembourrage des gants en duvet d’oie ou en duvet synthétique, le second étant plus économique mais moins efficace (le duvet de canard est également utilisé mais il est plus lourd et moins chaud).

Il est à noter que le skieur sensible au froid pourra peut-être porter son choix vers une paire de moufles qui garantissent un maintien de chaleur supérieur en profitant de la propre chaleur des doigts réunis en un unique cocon (à l’exception du pouce). Une seconde option à envisager du côté des gants : porter un sous gant, en soie de préférence - matière offrant un confort thermique accru.

► Imperméabilité

L’humidité ressenti par les doigts est souvent liée à la pratique du skieur (touchée fréquent de la neige au sol en freeride, en carving, en snowboard…) et aux conditions environnantes (chutes de neige, neige mouillée voir pluie). Les membranes imperméables, composées de plusieurs couches permettent de rester bien au sec. Au niveau de la matière imperméable, cette fonction est assurée par un système combiné de pores à la fois plus étroits qu’une goutte d’eau afin de ne pas la laisser passer, et plus importants qu’une molécule de vapeur d’eau afin de la laisser s’échapper.

► Respirabilité

Les efforts fournis en ski font transpirer les mains et si l’humidité naturelle n’est pas évacuée à travers les membranes du gant, les doigts seront rapidement refroidis lors des pauses physiques. La plus connue des membranes respirantes (et imperméables) est le Gore-Tex®, constituée d’une couche extrêmement fine de polytétrafluoroéthylène expansé, contenant plus d’1,4 milliard de pores par cm². Efficacité confirmée, produit à la détérioration faible face aux usages répétées : le Gore-Tex® est une technologie devenue incontournable (les pores de ses membranes sont 20 000 fois plus petits qu’une goutte d’eau faisant barrière à l'humidité, tout en étant à la fois 700 fois plus gros qu’une molécule de vapeur d’eau, laissant la main respirer).

► Membranes coupe-vent

Le vent est un facteur de froid paré par la technologie de membranes coupe-vent composées de 2 à 3 couches insérées sur la partie supérieure du gant (softshell). En plus d’empêcher le vent de pénétrer dans le gant, il en assure la souplesse. Certaines technologies ont fait leurs preuves comme le Windstopper®.

► Protection

Eviter de s’abîmer les doigts lors des chutes à skis ou lors des coups occasionnés à travers la forêt en freeride, sur les remontées mécaniques ou sur les piquets de ski en compétition, voilà les promesses tenues par des gants rembourrés. Lors d’une chute à skis, le réflexe le plus courant est d’amortir l’impact avec les mains. Des gants rembourrés permettent de limiter les dégâts causés aux mains. N’oublions pas non plus les carres des skis qui sont très tranchants et peuvent entailler les doigts.

► Préhension

On entend par préhension la capacité à attraper des objets et dans le cadre du port des gants, cela peut s’avérer important, tant pour une tenue précise des bâtons que pour le maniement du sac à dos, des sangles et boucles d’attache, du téléphone... Les skieurs s’adonnant à des pratiques exigeant dextérité et posé précis des bâtons ainsi que ceux qui manipulent souvent des objets variés préfèreront les gants aux moufles, et veilleront à la présence d’un grip sur la paume de la main (maintien accrue).

► Accessoires et autres perfectionnements des gants

Au-delà des principales caractéristiques d’une paire de gants peuvent encore s’ajouter certains accessoires et perfectionnements destinés à en faciliter leur utilisation. Aussi la présence de dragonnes autour du poignet permet de quitter les gants sans les faire tomber. Les gants peuvent même s’adapter à des besoins récurrents comme utiliser les écrans tactiles des (technologie tactile fonctionnant grâce à des fils conducteurs présents au bout des doigts).

 

Quid des gants chauffants ?


La dernière technologie introduite du côté de la performance calorifique est à attribuer aux gants chauffants. Une batterie intégrée permet de faire chauffer les gants jusqu’au niveau de confort souhaité. Inconvénient de cette technologie : l’alourdissement de la paire de gants, l’autonomie de la batterie (à pleine puissance, compter 3 heures de chaleur) et son prix élevé (compter 80€ pour l’entrée de gamme et jusqu’à 300€ pour les plus perfectionnés).

Encore rares dans les rayons de magasins spécialisés et chez les marchands en ligne, il est fort à parier que cette technologie se répandra au fil des saisons de ski et que la technologie évoluera pour proposer des produits plus légers et à l’autonomie accrue, quid des tarifs qui pourraient également baisser.

Les gants de ski chauffants : La solutions pour les skieurs qui ont toujours froid ! Trois niveaux de chaleur possible pour une autonomie comprise entre 2h30 et 10h...

Les gants de ski chauffants : La solutions pour les skieurs qui ont toujours froid ! Trois niveaux de chaleur possible pour une autonomie comprise entre 2h30 et 10h...

 

Les questions que l’on se pose souvent – FAQ spéciale gants de ski

 

► Comment choisir la bonne taille de ses gants de ski ?

Trop petit, le gant deviendra gênant, trop grand, il ne conservera pas correctement la chaleur des doigts. Si la bonne taille est difficile à trouver, il faut toujours privilégier une paire de gants légèrement trop grands que trop petits (le gonflement de la main pendant l’effort rattrapera l’espace superflu). Afin de connaître la taille de gant de ski, il suffit de mesurer la circonférence de la paume de sa main à l’aide d’un mètre couturier.

► Pour quel type de gants de ski opter ?

Selon la pratique de ski, de snowboard et selon les attentes spécifiques de chacun, il est important de vérifier les différentes caractéristiques apportées par sa future paire de gants. Chaleur, imperméabilité, respirabilité, membranes coupe-vent, protection, préhension, tactiles, présence de dragonnes… autant de paramètres à étudier afin de trouver son gant idéal.

► Quel prix consacrer à ses gants de ski ?

D’une trentaine d’euros pour les gants de ski d’entrée de gamme jusqu’à plus de 300€ pour les modèles haut de gamme, l’éventail de prix est large. Le prix à consacrer aux gants de ski nous correspondant dépendra donc des critères de choix retenus (niveau de maintien de la chaleur, d’imperméabilité, de respirabilité…). La fourchette tarifaire moyenne se situe entre 80 et 150€.

► Combien dure une bonne paire de gants de ski ?

La durée de vie d’une paire de gants de ski dépendra de la qualité des composants du produit (des gants d’entrée de gamme dureront moins longtemps que des modèles de meilleure qualité – plus chers), de leur utilisation (le skieur occasionnel tiendra ses gants plus longtemps qu’un skieur de compétition, un freestyler posant souvent les mains sur les spatules, les modules…) et leur entretien. Dans le cadre d’une utilisation régulière, la tenue moyenne varie de minimum 1 an ½ pour les gants les moins solides et exposés à l’usure à 4-5 ans en moyenne pour une bonne paire de gants de ski.

► Comment faire sécher des gants de ski ?

Afin de faire sécher ses gants de ski, rien de plus simple : laisser les dehors, au vent et face aux rayons du soleil (peu agressifs en hiver) et éviter les radiateurs qui asséchèrent les matières.

► Comment entretenir des gants de ski en cuir ?

Le cuir ne supporte pas très bien le froid et l’humidité. Il faut donc penser à régulièrement le traiter à base d’une matière grasse afin de le protéger et de prolonger leur souplesse.

► Comment laver ses gants de ski ?

Il est vivement conseillé d’éviter le lave-linge car la chaleur de l’eau associée aux mouvements, détériore le traitement imperméable et l’isolation du gant. Pour ceux qui souhaitent toutefois utiliser cette méthode, il faudra bien veiller à ne pas rajouter d’assouplissant si les gants sont composés de membranes Gore-Tex® car il y a risque d’obstruction des pores et donc de perte d’efficacité. La meilleure solution reste le nettoyage à la main avec une brosse souple et un peu de lessive dissoute dans de l’eau tiède.

► Mes gants de ski sentent mauvais : que faire ?

Les mauvaises odeurs proviennent de la prolifération des bactéries. Un lavage en machine, même à haute température ne permet pas d’endiguer le phénomène. Le mieux consiste en l’utilisation d’un désinfectant hypoallergénique spécialisé dans le traitement des accessoires de sport.

 

Publicité

Publicité

Publicité

Profitez encore plus de Skiinfo

Obtenez les bulletin neige, les conditions de ski et les prévisions météo de vos stations de ski et domaines skiables préférés. C'est par ici...