Pièce intermédiaire entre la chaussure et le ski, la fixation de ski a un rôle décisif. En plus de maintenir la chaussure, elle absorbe les chocs du terrain et surtout, c’est grâce à elle que la chaussure se libère du ski lorsque le skieur est en position de danger. En cas de grosse chute, par exemple, il est indispensable que le skieur déchausse pour éviter les risques de blessures. C’est à cet instant que le réglage d'une fixation prend tout son sens.

On ne s’en doute pas forcément si l’on n’est pas expert en la matière, mais, en plus d’être positionnée à un endroit particulier sur le ski, chaque fixation possède une méthode ainsi qu’une plage de réglage spécifique en fonction du modèle choisi. La façon dont elle est réglée est primordiale puisque votre sécurité en dépend directement. Il faut savoir que la majorité des accidents de ski sont liés au mauvais réglage des fixations. Et souvent, les accidents sont dus à des dispositifs qui déclenchent trop tard. Pour éviter tout risque de blessure (la plus courante : l’entorse au genou), il est vivement conseillé de faire contrôler et régler ses fixations par un professionnel, chaque saison.

Vous êtes curieux et voulez en savoir plus ? Soyez attentifs à ce qui va suivre.

  

Quels sont les différents réglages d'une fixation de ski ?


Pour tous les modèles de fixations, il existe deux réglages fondamentaux :
1. la longueur de semelle
2. la valeur de déclenchement

- La longueur de semelle : cette mesure permet de régler en longueur la fixation pour pouvoir accueillir parfaitement la chaussure, entre la butée avant et la talonnière. Exprimée en millimètres, elle est indiquée sur la coque extérieure des chaussures de ski, au niveau du talon. Elle correspond tout simplement à la pointure du skieur : 310 mm équivalent à une pointure 41, par exemple. Ce réglage se réalise à l’aide d’un tournevis, voire même sans outil pour les fixations montées sur rail.

- La valeur de déclenchement ou valeur DIN (échelle universelle de force) : chaque modèle de fixation possède une échelle de valeurs différente. Les plus courantes sont 3-10 et 4-12. Ces valeurs augmentent avec le niveau du skieur. Plus le skieur est technique et agressif, plus il recherchera des valeurs DIN élevées pour éviter les déchaussages intempestifs. C’est au niveau de la butée avant de la fixation que ce réglage se réalise à l’aide d’un tournevis. En plus du niveau du skieur, de nombreux autres facteurs interviennent dans le choix de cette valeur.

 

Les différents paramètres déterminant le réglage d'une fixation


Souvenez-vous, lorsque vous louiez vos skis, le loueur vous interrogeait sur votre poids, votre taille et votre niveau de ski. Loin de vouloir vous mettre mal à l’aise, ces réponses lui étaient tout simplement cruciales pour régler la valeur de déclenchement de vos fixations !

En effet, les paramètres morphologiques du skieur déterminent une valeur de base qu’il est nécessaire ensuite d’ajuster en fonction de son profil de ski.

Paramètres morphologiques :
- Sexe
- Poids du skieur
- Longueur semelle

Puis ajustement selon :
- le niveau de pratique : compétiteur / bon skieur / skieur débrouillé / skieur débutant
- le style de pratique : ski agressif / ski souple et coulé / ski hésitant
- le terrain de prédilection : Hors-piste / Tout-terrain / Pistes damées / Snowpark / …
- l’âge.

Pour unifier l’information, l’organisme AFNOR (Association Française de Normalisation) a développé un tableau synthétique présentant les différentes valeurs de déclenchement conseillées d’après la prise en compte des critères cités ci-dessus, conformément aux recommandations de l’Association Médecins de Montagne.

« La norme NF ISO 11088 a pour objectif de déterminer le couple de déclenchement optimum pour assurer au skieur un maximum de sécurité lors du réglage de la fixation », précise l'AFNOR.

À titre d’exemple, il est indiqué pour un homme de moins de 50 ans chaussant du 43, pesant 75 kg et ayant un bon niveau de ski (passe partout de façon aisée) de régler ses fixations sur 6.

 

En pratique, comment vérifier le réglage de ses fixations ?


Il est possible de tester soi-même la valeur de déclenchement de ses skis par la force musculaire (déclenchement volontaire) afin de vérifier que le ski se déclenche normalement et sans douleur.

- Test de la butée avant : genou fléchi faites un effort vif de rotation du pied, la butée avant doit pivoter en libérant le pied.
- Test de la talonnière : en appui genou fléchi projeter la jambe vers l'arrière, la talonnière doit s’ouvrir.

Si vos fixations sont bien réglées, le déclenchement doit se faire sans douleur et sans trop de facilitée non plus. Pour des skis de compétition aux réglages très élevés, ces tests sont évidemment impossibles.

Quoi qu’il en soit, toutes les fixations vendues sur le marché répondent à des normes strictes et doivent se déclencher au moins en appui avant et torsion simple. Ensuite, les marques développent leurs propres concepts pour répondre à ces normes.


À retenir : il est important de faire vérifier ses fixations par un professionnel chaque année. Dans le cadre d'une campagne nationale pour la prévention des entorses du genou certains se sont même engagés à le faire gratuitement.

Inutile de se surestimer ! Mieux vaut déchausser sur un virage très appuyé que de se blesser à cause d'un réglage trop élevé.

Pour vérifier le réglage de vos fixations : www.reglagefixation.fr