Au-delà du cercle arctique, il existe un petit paradis sous le soleil de minuit : les Alpes de Lyngen (en Norvège). Une nuée de pics hardis au bord des fjords, des rennes cachés derrière les crêtes… Si le ski de rando devait avoir un paradis, il se pourrait qu’il se cache là-bas au cœur de ces fjords du 66ème parallèle !

 

Les Alpes de l’Arctique


Pour trouver ce paradis du ski de randonée, il faut filer plein nord, à 300 kilomètres du cercle arctique. Les Alpes de Lyngen, Éden de quelques initiés est un petit massif péninsulaire resté longtemps assez confidentiel.

Pour commencer, il y pleut moins que dans l’ensemble de la Norvège : environ 500 mm contre 900 mm plus au nord.
Il y fait froid, certes, et c’est plutôt normal, car nous nous rapprochons dangereusement du pôle Nord ! Mais la bonne nouvelle est que tout ce petit monde dominé par le Jiekkevarri à 1833 m est baigné dans le majestueux Gulf Stream. La puissante et majestueuse influence de ce courant marin génère un climat somme toute relativement acceptable sous ces latitudes. Enfin, le soleil de minuit illumine sans fin des journées rythmées par le silence et le murmure des peaux sur la neige veloutée.

Et pour achever de convaincre les amoureux de paix et de sérénité, Lyngen, en vieux, mais très vieux norvégien signifierait la quiétude, le calme, enfin quelque chose qui n’a rien à voir avec un karaoké géant au Grau du Roi le 15 août à 2 heures du matin…

 

Des pics acérés


Acérés, oui les pics de Lyngen le sont et l’ambiance est plutôt verticale, ce qui tranche radicalement avec les montagnettes rondouillardes qui entourent Oslo, plus adaptées à la découverte du télémark qu’à la pratique pure et dure du ski de rando.

Lyngen, c’est certes moins haut que les Alpes, mais ce sont des vraies montagnes pour les braves, avec de la pente,  des falaises dressées dans le ciel livide , des glaciers dodus penchés au-dessus d’un océan gris métal.

Cette péninsule solitaire n’est pas très longue, 60 kilomètres à vol d’outarde (l‘oie de Nils Olgerson), 20 kilomètres de large, le tout séparé en deux par le fjord de Kjosen. Au nord de la péninsule, le Store Lenangsting culmine à 1624 m, tandis qu’au sud, le champion toutes catégories, se fait appeler le Jiekkevarri et domine l’horizon arctique depuis ses 1833 mètres.

Les Alpes de Lyngen, c’est 2000 bornes d’une traite depuis Oslo. Voilà le tarif pour s‘offrir le 66ème parallèle et ses montagnes solitaires. Il serait dommage avant de rejoindre cet éden du ski ne pas gravir le Galdhøpiggen, le plus haut sommet de Norvège à 2469 mètres. Ce vénérable pic est situé dans le massif de Jotunheimen, superbe ensemble de 3500 kilomètres carrés, de chutes d’eau, de cascades, de rivières, de lacs et de forêts prospères et intouchées. Le Galdhøpiggen ne présente aucune difficulté particulière et se laisse conquérir sans tambour ni trompette. Au sommet, très au-dessus de l’immensité forestière, l’horizon de pics suggère sans équivoque un énorme potentiel pour le ski de rando.

 

Tromso, les portes de l’Arctique


Tromso
beaucoup plus au nord, aux portes de l’arctique suggère déjà ce paradis de la rando. Les sommets alentour, blancs des pieds à la tête, sont très prometteurs et suggèrent à demi-mot ce que l’on peut trouver sur la péninsule de Lyngen, toute proche.

Sur la péninsule, c’est le choc visuel ! L’océan bleu électrique caresse de ses vaguelettes paisibles des glaciers endormis. Partout des pentes vierges, des combes dodues et pleines, sans l’ombre d’une trace : une véritable terre promise du skieur de randonnée !

Le potentiel du massif de Lyngen est énorme. Il s’agit certes d’un petit massif de 60 km sur 20, mais quelle densité ! Chaque sommet est raisonnablement envisageable et grâce aux refuges, il s’agit presque de rando de luxe.
 Grâce à ces refuges cossus, nous atteignons des sommets dans une solitude absolue, à peine troublée par l’envol soudain des lagopèdes blancs. Parfois, des rennes sauvages s’échappent en silence dans une combe inaccessible, une mère et son petit se faufilent dans un souffle inquiet derrière une crête battue par le vent. Le ciel bas et lourd du matin se disperse dans le ciel polaire et nous verse un jour pur et sans fin. Le soleil de minuit de son éclat froid vient encore prolonger le rêve.

Ici, les randos s’enchainent avec une déconcertante facilité, hé oui, le soleil de minuit prolonge les journées à l’infini. Nous laissons le col de Storgalten et de Littlegalten sur la gauche, pour gagner le sommet par des pentes raides et gelées. Sur cette épaule massive du Storegalten, la vue est presque trop grandiose. : La mer turquoise, le faramineux glacier de Gammvik, et au fond de ce décor éblouissant, le plein océan. Le bout du monde.

 

Les Alpes de Lyngen côté pratique


Comment y aller ?

Nombreux vols pour Oslo depuis toute la France à partir de 100 €.
Puis 2 options :
- Vol intérieur pour Tromsö (point de départ pour les Alpes de Lyngen), puis location de voiture pour pouvoir rallier les points de départ des randos.
- Ou location de voiture à Oslo pour parcourir les 1600 kms qui vous séparent des Alpes de Lyngen.
Lors de la réservation de votre véhicule, pensez à demander un porte-ski.

Vivres et courses
- Supermarchés à Tromsö, Nordkjosbotn (au sud de Lyngenhalvoya)  et même à Lyngseidet. Mais aussi des épiceries dans des micros-bourgades.

Les prix en Norvège
Sa réputation en fait un pays cher, c’est faux. C’est très cher (comme en France finalement...) ! Surtout si vous allez à l’hôtel et dans les restaurants. En revanche si vous dormez et cuisinez dans les refuges de Lyngen , les prix sont acceptables.

Guides de voyage
- Le petit futé. Norvège.
- “toppturer I Troms” aux éditions norvègiennes friflyt ( www.friflyt.no) : un topo guide sur toute la région de Troms pour le ski de rando. Illisible mais avec de belles photos avec les traces. Utile. On le trouve à Tromsö ou par internet

Sur internet
www.visitnorway.fr, le site web de l’office de tourisme norvégien.
www.skiinfo.no et www.senorge.no pour connaitre l’enneigement.

Carte
- Lyngenhalvoya, turkart au 1:50 000 (disponible à Tromsö et parfois dans les stations-service).

Les refuges de Lyngen
Partout en Norvège, les refuges sont gérés par le DNT, la fédération de montagne Norvégienne. Mais ceux de Lyngen sont des refuges libres d’accès contre une participation forfaitaire à placer dans un tronc. Ils sont gérés et utilisés par les clubs locaux, les associations et les familles des villages de la péninsule. Vous aurez parfois l’impression d’être chez les gens plutôt que dans un refuge, et cela est toujours l’occasion de faire de très sympathiques rencontres.
La plupart du temps il y a du gaz, mais cela dépend des refuges. Emportez tout de même votre réchaud. Ces refuges libres d’accès et très chaleureux ne sont jamais très éloignés des points de départ, c’est à dire de la route et du bord des Fjords.

Numéros de secours
- Police : 112
- Pompiers : 110
- Ambulances : 113

Sécurité en montagne
La plupart des hauts sommets sont glaciaires, il convient donc d’avoir le matériel nécessaire pour une progression en toute sécurité.

Climat et période favorable
Situé à 350 km au nord du cercle polaire, mais baigné par les eaux du Gulf Stream qui rendent les températures très supportables, ce massif est relativement protégé des températures polaires.
Méditez toutefois ce vieux proverbe norvégien : « il n’y a pas de mauvais temps, seulement des mauvais vêtements ».
Pour la poudreuse, il faudra cibler le mois d’avril, mais alors attention aux conditions avalancheuses. La charnière entre avril et mai semble très intéressante, car la neige et la météo y sont plus stables, et le jour s’étend de 2h à 23h !