Spécialistes des grands rendez-vous, la ville d’Annecy et la station de ski du Grand-Bornand s’imposent comme une terre d’accueil des grands évènements. Une démarche qui s’inscrit dans une stratégie d’attractivité commune pour promouvoir les atouts de ce territoire entre lac et montagnes à l’international. Prochain rendez-vous : la coupe du monde de biathlon du 12 au 17 décembre 2017 !

 

Un rendez-vous unique en France !


En programmant pour la deuxième fois une étape française au calendrier de la coupe du monde de biathlon sur le sol français, le duo Annecy - Le Grand-Bornand écrit une nouvelle page du sport français. Depuis les JO d’Albertville en 1992, aucune compétition majeure de niveau mondial ne s’était déroulée sur l’hexagone.

Après le succès de la première en 2013, le Grand-Bornand accueille de nouveau l’élite mondiale de la discipline. 50 000 spectateurs, 250 athlètes en provenance de 35 nations, 500 bénévoles et 150 journalistes sont attendus pour vibrer biathlon sur cet évènement sportif, festif et populaire à deux mois des Jeux Olympiques de Pyeong Chang. Du spectacle en perspective !

 

Les français à la conquête de l’or


Parmi les meilleures nations du biathlon mondial, l’équipe de France ! En chefs de file, Martin Fourcade, leader mondial, déjà entré dans la légende de son sport : double champion olympique, 10 titres de champion du monde et 6 fois vainqueur du globe de cristal et Marie Dorin-Habert, 5 médailles dont 3 titres de championne du monde à Oslo 2016. L’émotion sera d’autant plus grande pour les athlètes français qui auront à coeur de gagner devant leur public au pays de Tessa Worley, la bornandine, quadruple championne du monde de ski (géant et team event).

 

Une compétition sportive décisive à deux mois des J.O.


L’étape du Grand-Bornand se classe en troisième position de la tournée mondiale internationale. Au menu : un sprint, une poursuite et c’est nouveau : une mass-start, l’épreuve reine du biathlon ! Dernières chances pour les athlètes de peaufiner leur préparation en vue des JO de Pyeong Chang.

Positionnées en fin de 1er cycle de la coupe du monde, les courses d’Annecy-Le Grand-Bornand promettent du grand spectacle. Les athlètes devront être à leur meilleur niveau car, ensuite, ils n’auront plus véritablement la possibilité de s’ajuster en prévision de la grande échéance de la saison : les Jeux Olympiques. Et que dire du programme… il est pour le moins alléchant : outre les traditionnels Sprint et Poursuite du début de semaine, nous retrouverons le dimanche les 1ères Mass-Start de l’hiver.

Format le plus spectaculaire du biathlon - baptisé course des rois/reines - ils/elles seront 30 sur la ligne de départ : les 25 meilleur(e)s du classement de la coupe du monde + les 5 athlètes les plus en forme de la semaine. En confrontation directe, les conditions seront les mêmes pour tout le monde et les cartes pourront être redistribuées à chacun des 4 passages sur le pas de tir. On a déjà hâte d’y être !

 

La grande fête française du biathlon !


Profitant de l’implantation du stade au coeur du village – une exception à l’échelle du circuit international – Le Grand-Bornand peaufine actuellement un programme d’animations qui verra la ferveur des plus de 50 000 spectateurs attendus dans l’enceinte de la compétition gagner jusqu’aux ruelles et places les plus secrètes de la station : concerts sous la Grenette, soirées DJ’ et autres performances artistiques : à dix jours de Noël, Le Grand-Bornand déclinera une programmation festive et originale mêlant traditions alpines et prestations plus contemporaines avec un seul mot d’ordre : faire la grande fête française du biathlon !

   

Innovant : le snowfarming


L’accueil d’une épreuve de coupe du monde de Biathlon nécessite d’avoir un stade homologué au niveau licence A, dont l’obtention requiert notamment de réunir trois ressources d’enneigement :
- un site naturellement enneigé
- un réseau d’enneigeurs
- un stockage de neige

Le Grand-Bornand répond donc à ces trois impératifs du cahier des charges de l’IBU grâce à son site en fond de vallée et en versant nord, un réseau de 14 enneigeurs disposés tout au long du parcours et reliés aux retenues d’altitude de la station, ainsi qu’un stock de neige à même de couvrir les besoins du stade, dans sa configuration minimale.

Pour ce faire, la solution retenue, celle du « snowfarming » est la plus éco-responsable. 15 000 m3 de neige produits ou récoltés sur place sont ainsi stockés depuis l’hiver dernier dans une carrière à neige distante de 9km du site, protégés par 3 000 m3 de sciure produite localement pour en limiter la fonte.

« En 72 heures, avec neuf camions, nous sommes en mesure d’enneiger le stade. C’est une solution rationnelle », explique Yannick Aujouannet, responsable de l’organisation de la coupe du monde. Une solution d’autant plus rationnelle qu’en cas d’enneigement suffisant, cette ressource sera utilisée pour enneiger des secteurs clefs du domaine skiable alpin du Grand-Bornand : jardins d’enfants, départs de remontées mécaniques, etc…

Il est rare qu’une matière première – puisqu’il faut bien envisager la neige comme telle – soit aujourd’hui transportée sur des distances aussi courtes. Par ailleurs, il a été démontré lors des récents JO de Vancouver que l’impact environnemental de tels événements reste plus fort en cas de chutes de neige importantes, du fait des moyens déployés pour déneiger les routes et infrastructures…