Comment débuter le ski freeride ?

Magazine Astuces et conseils Comment débuter le ski freeride ?

De plus en plus de monde pratique le freeride, alors pourquoi pas vous ?  Mais, le freeride qu’est-ce que c’est ? Des champs de poudreuse vierges, de l’adrénaline et plein d’amis ! Ça vous parle ? Mais au fait, pour se mettre au freeride, quelles sont les clefs ?

« On ne naît pas champion on le devient », c’est que disait Raphaël Poirée un des meilleurs biathlètes français – et bien, pour le freeride ça marche pareil, pas besoin d’être né sur les planches pour pouvoir un jour se revendiquer freerider, et puis c’est une bonne nouvelle, on a tous une partie au fond de nous qui aime naviguer hors des sentiers battus, il n’est donc jamais trop tard pour s’y mettre. Mais pour activer le mode 4*4 sur les skis il y a tout de même quelques règles à respecter.

 

Déjà, on ne fait pas du freeride avec n’importe quel matériel

Sécurité : De quoi avez-vous besoin ? Toute personne évoluant hors des pistes, plus loin qu’à 5m des piquets, doit posséder un détecteur de victime en avalanche (DVA) et tout ce qui va avec, une pelle et une sonde. C’est simple, mais le plus important c’est encore de savoir s’en servir !

En cas d’avalanche il est important de savoir sortir une personne de la neige car au delà de 20 minutes, on a 80% de chances de survivre en moins. Mais il ne faut pas se décourager, parlons plutôt de comment réussir à profiter de la montagne.

Les skis : La première chose qu’il faut acheter, c’est les skis. Des skis dignes des plus belles pentes vierges. Achetez une paire des « fats » qui vous permettront de ne pas vous enfoncer jusqu’aux hanches un jour de poudreuse.

Les skis sont le premier contact avec la neige, il faut faire attention et acheter le bon modèle car les fabricants construisent des skis spécialement conçus pour le freeride. Suivant votre niveau choisissez-en à ta taille, voire plus grands. Plus c’est grand, moins vous allez vous enfoncer, mais plus c’est complexe à manier… à vous de trouver le juste milieu.

S’habiller : Il est utile de s’habiller correctement pour se protéger du froid. Choisissez de fibres respirantes, même chose pour les couches intermédiaires. C’est une dépense de plus mais de cette façon vous vous assurez de limiter votre exposition au froid. Si c’est un point sur lequel on insiste, c’est parce que le ski freeride est autrement plus sportif que le ski alpin.

Le freeride c’est [très] souvent autre chose que skier. Marcher en terrain difficile. Faire de longues traversées avec de la neige à pousser… Vous allez avoir chaud, vous allez transpirer, sauf qu’une fois sur le télésiège vous risquez d’avoir froid, parce que contrairement aux cas des produits respirants, l’eau n’aura pas été évacuée avec du coton. Choisissez donc des fibres très respirantes (synthétiques) et à défaut, qui même une fois humides ne perdent pas leur propriétés thermiques (laine).

FR free ride, skiers off-piste.
©Shutterstock

Freerider en devenir, sur quel terrain évoluer ?

Après avoir investi dans les skis, transformez votre garde-robe alpine et tout compris du bouquin de l’ANENA. Apprenez les mesures de sécurité en montagne,  à faire un test de stabilité du manteau neigeux, et … vérifiez que vous avez le bon niveau de batterie dans le DVA !

Dès à présent il faut trouver une montagne à votre niveau, car elles ne sont pas toutes pareilles.

En fait, il n’y en a pas une pareille et la pratique varie de l’une à l’autre. Pour commencer le freeride la meilleure option reste la station. Même si c’est vrai, pour faire la première trace en station il faut se lever tôt. C’est d’ailleurs un petit conseil qu’on vous glisse ici, on espérant que vous êtes prêts à arriver quelques minutes devant la benne avant l’ouverture. Le freeride ça marche un peu comme la sortie du dernier iPhone, de Star Wars ou du BlackFriday, il faut être prêt à faire la queue. 🙂

Une fois prêt à rider, synchronisez-vous avec les amis pour la descente. N’allez jamais en solitaire ! Le freeride est un sport qu’on pratique avec un groupe, chacun a un « riding buddy » et tout le monde dans le groupe doit avoir  le niveau et le matériel pour suivre. Il n’y a pas que le plus expérimenté du groupe qui est responsable, la force d’observation de chacun est primordiale elle aussi et, il en va de manière logique que le progress viendra plus vite si vous vous interrogez souvent. Si vous voulez devenir freerider, la meilleure défense c’est l’attention !

Organisez-vous pour que tout se passe bien, et puis, pour ne pas se battre sur la fameuse et conflictuelle question, « Qui fait la première trace ? ».

Plus vous allez progresser, plus vous allez vouloir aller loin dans la pratique. Inconditionnellement votre prochain objectif c’est le ski de randonnée, appelé aussi « free touring ».

Par contre, il faudra changer de matériel, sauf si vous avez anticipé, parce que, le matériel de free touring (ski, chaussures, bâtons, vêtement) est complètement adapté au freeride. Soyez visionnaire et choisissez du matériel qui ne limite pas votre progression dans la pratique, partez sur quelque chose de polyvalent.

 

Mais alors, pourquoi ne pas commencer directement par le free touring ?

En fait c’est surtout une question en rapport avec votre niveau de connaissance. Les stations gèrent leur domaine, les pentes dangereuses sont purgées fréquemment, ce qui n’est pas le cas en terrain d’aventure qui évolue au grés des conditions météo, l’analyse nivologique est plus complexe et les secours souvent bien plus loin de vous. En free touring, vous devez donc être, encore plus qu’en station, en mesure d’agir rapidement, logiquement en vous adaptant à toutes les contraintes que vous imposent la montagne que seulement vous connaissez… la preuve, il n’y que la trace de votre groupe après une belle journée –  du rêve, non ?

 

Plus de conseils

Vous avez maintenant toutes les clefs en main, en tout cas les primordiales pour que vous puissiez dès maintenant vous éclater. Mais faites attention, le freeride est un sport plein de complexités et il faut avant tout penser à votre sécurité et à celle des autres avant de vous engager. Pour se faire plaisir à coup sûr, équipez-vous convenablement, prenez connaissance du niveau de votre groupe, révises les règles de sécurité, informez-vous sur les conditions avalancheuses et choisissez votre spot en fonction de ces critères. On a pensé à tout, ici vous pouvez trouverer la plupart du nécessaire pour bien commencer ;-). Amusez-vous, et ridez en sécurité !

FR Chamonix free ride.
©Shutterstock

Les meilleures stations de ski en terme de ski freeride 

  • La Grave : située en plein cœur du massif de l’Oisan, elle ne possède qu’une seule piste balisée sur ce glacier, le reste n’est qu’un vaste champ de poudreuse.
  • Les Arcs : vous pourrez profiter d’une authentique expérience de freeride comme le Grand Col et ses 1700 mètres de dénivelée.
  • Tignes : découvrez les 9 pistes des Naturides, comme le Golf, Aster ou encore Aiguille Percée, pour une première expérience du freeride en toute sécurité.
  • Chamonix : la station offre un glacier prisé pour le freeride technique et les pentes les plus raides de France. Il vous faudra donc une certaine expérience.
  • Barèges : découvrez dans les Pyrénées plusieurs itinéraires avec plus de 1500 mètres de dénivelée.

Et un seul conseil : amusez-vous ! N’oubliez pas de bien vous équiper et de prendre toutes les précautions afin de minimiser les risques.

 

Découvrez tous les articles sur le freeride : 

Partager:
Copyright © 1995-2022  Mountain News LLC.  All rights reserved.