Casques et protections dorsales sont autant d’accessoires qui peuvent s’avérer indispensables en cas de chute. De plus en plus de skieurs s’équipent et les marques ne cessent de progresser pour rendre ces protections plus confortables et ainsi convaincre de nouveaux adeptes.

 

Le port du casque est vivement conseillé en ski et en snowboard


Le casque est très fortement recommandé pour les enfants, et même obligatoire si vous l’inscrivez en cours de ski. C’est donc désormais un acquis puisque 85% des moins de 15 ans en portent un pour évoluer sur les pistes. Anne Duraffourg, médecin de montagne à Val d’Isère insiste : « Chez les enfants, le port du casque diminue par 10 le risque de traumatisme crânien ! Or, cela représente 3.3% des accidents de sports d’hiver. L’augmentation du port du casque chez l’enfant a aussi fortement réduit la gravité des traumatismes crâniens quand ils subsistent. C’est ce que l’on constate tous les jours au cabinet, et ce que confirme l’association Médecins de Montagne qui collecte des données épidémiologiques tous les hivers.»

Les adultes ont quant à eux plus de mal à prendre l’habitude du casque, même si le nombre d’adeptes augmente chaque année, pour atteindre les 20% en 2012. La France fait figure de mauvais élève, car d’autres pays européens, et notamment scandinaves, ont depuis longtemps atteint les 40% (voire plus en Suède, Norvège) de skieurs casqués.

Selon l’Association des Médecins de Montagne, on estime que parmi les 8 millions de pratiquants qui dévalent les pistes françaises chaque année, 140 000 se blessent au cours de la saison de ski, et près de la moitié de ces accidents ont lieu en février. Les pistes fourmillent de monde, une configuration redoutable pour les collisions, dont le nombre augmente malheureusement chaque année. «Or, le risque de traumatisme crânien est deux à trois fois plus élevé lors des collisions que lors d’un autre accident de ski», poursuit le Dr Durrafourg. «On conseille donc très vivement le port du casque pour toute la famille.»

Tant mieux, car le casque est plus tendance que jamais ! Avec l’essor du freeride et du freestyle, dont les pros portent souvent un casque (obligatoire dans certaines compétitions), il est devenu un accessoire fashion à part entière, indispensable pour parfaire son look «extrême». C’est d’autant plus vrai depuis que les fabricants ont fait de gros efforts pour rendre les casques plus légers, plus confortables, plus robustes, plus design, et disponibles dans de nombreux coloris pour s’assortir aux tenues. Ce n’est plus une contrainte, pour peu qu’on sache le choisir. N’hésitez pas à essayer plusieurs marques, plusieurs modèles, et différentes tailles pour choisir celui qui correspond le mieux à votre crâne. Prenez le temps de régler la jugulaire, les oreilles, afin de contrôler qu’il ne bouge pas quand vous faites différents mouvements. Tous sont normalement conformes aux normes en vigueur (CE-EN 1077), le prix évolue plutôt en fonction du confort (poids, respirabilité, douceur de la matière, réglages, etc.). Pour les enfants, un casque réglable peut permettre de le conserver l’année d’après.

 

Quelle protection dorsale choisir ?


En cas de choc direct sur le dos (chute sur un rocher, collision, etc.) la dorsale est une protection utile pour protéger ses vertèbres. Tous les pros en portent régulièrement, qu’ils fassent du ski alpin, du snowboard, du freeride ou du freestyle. C’est efficace en cas de choc, mais cela n’empêche pas d’autres mécanismes qui peuvent endommager les vertèbres : chute brutale sur les fesses, hyperflexion ou hyper-extension, tassement, etc... C’est donc un plus, mais ce n’est pas un talisman à toute épreuve !

Différents types de dorsales existent : courtes, longues, dorsale à bretelles, dorsale intégrée dans un gilet, etc.... La fourchette de prix est extrêmement large : une dorsale haut de gamme sera plus respirante, plus confortable, plus légère, qu’une dorsale d’entrée de gamme. Il existe aussi une nouvelle génération de dorsales, avec un matériau mou, qui rend les protections beaucoup plus agréables à porter. Le Visco-Elastic-Polymer possède en effet des propriétés d’absorption d'énergie étonnantes, puisqu’il se rigidifie sous l'action d'un choc. Développé à l’origine dans l’automobile, il est désormais utilisé par de nombreuses marques de protections sous des noms différents, et il est extrêmement fiable.

Il faut toujours essayer une dorsale pour qu’elle soit totalement adaptée à votre morphologie. Elle doit rester parfaitement en place quand vous bougez et couvrir l’ensemble de votre dos. Une dorsale inadaptée peut en effet occasionner des blessures au lieu de les empêcher. Si elle monte trop haut, elle risque par exemple de heurter vos cervicales en cas de chute.

Il existe aussi des sacs à dos intégrant une dorsale. Cela ne remplace pas une vraie dorsale, mais si le sac à dos est bien harnaché, c’est tout de même mieux que rien.

 

Les autres protections à adopter pour skier/rider


Suivant vos antécédents médicaux, des protections plus spécifiques peuvent être recommandées. D’autres protections sont aussi très utiles aux débutants, en snowboard notamment. On conseille ainsi le short de protection (très utile aussi en freestyle et notamment en jib) et des protèges poignets pour les premiers jours de snowboard.

Et n’oubliez pas que, même bien protégés, la prudence est de mise sur les skis. Maîtrisez votre vitesse, vos trajectoires et respectez des distances de sécurité avec les autres skieurs.