Dans les stations de ski, les restaurants référencés au fameux Guide Michelin se multiplient chaque année. Nous vous proposons de pousser ensemble quelques portes devenues célèbres ou en passe de le devenir. Attention, les papilles vont tout à coup se mettre en éveil !

 

Courchevel et ses restaurants de prestige !


Le Guide Michelin s’est attardé un tant soit peu dans la station la plus huppée des Alpes Françaises : Courchevel. Et pour cause ! C’est là que l’on retrouve la plus grande concentration de restaurants ayant été gratifiés de la précieuse récompense gastronomique.

Le Chef Pierre Gagnaire qui officie au restaurant du mythique palace de la station Les Airelles, a décroché une seconde étoile ; c’est la référence en la matière. Les mets raffinés dont on se délecte sont sans nul pareil. Que diriez-vous d’une soupe de foie gras façon malabar poivré, suivie de ses gnocchis sauce lentilles vertes, accompagnés de croustillants au rougets passés au sirop de coing et au lait de coco ? On reste bouche bée dans la salle à manger somptueuse où les rideaux brodés de soie et ornés de diamants se marient à la perfection avec la vaisselle Hermès et les chandeliers Saint Louis. Le luxe à table à quand même un prix : comptez entre 200 et 600€ le repas par personne.

Non loin de là se trouve le restaurant Le 1947 d’un autre palace de Courchevel : Cheval Blanc. Installé en rez-de-pistes, ce lieu d’exception récompensé de deux étoiles au Guide Michelin, propose chaque soir une expérience unique, orchestrée par le chef Yannick Alléno. Le décor voluptueux et enveloppant imaginé par Sybille de Margerie, ouvre la cuisine sur la salle à manger, offrant au chef la possibilité d’inviter le gastronome à le suivre jusqu’aux fourneaux pour mettre son grain de sel en cuisine. Ce dialogue de créateurs s’autorise une liberté de recherche sans interdit pour composer des accords inattendus, voire inédits, qui subliment la quintessence des produits méticuleusement sélectionnés. Là aussi l’addition sera en accord avec la prestation : comptez entre 127 et 450€ par personne pour un moment unique.
 
D’autres tables de références, toutes étoilées au Guide Michelin, régaleront les papilles des fins gourmets partis skier à Courchevel : Le Chabichou, La Table du Kilimandjaro et Azimut.  Comptez entre 28 et 250€ par personne pour une dégustation ou une expérience culinaire plus complète.

 

Megève et ses flocons de sel


Traversons quelques sommets entre la Savoie et la Haute-Savoie pour se retrouver à Megève où le restaurant Flocons de Sel se distingue par l’audace de son chef Emmanuel Renaut, meilleur ouvrier de France et glorifié de deux étoiles au Guide Michelin. Sa cuisine surprend de par ses combinaisons culinaires non conventionnelles aux notes acidulées. Un exemple pour faire monter l’eau à la bouche : pigeon rôti parfumé au genévrier ou encore agneau de lait accompagné de radis noir et sa compotée de pruneaux. Les menus s’échelonnent de 39 à 139€.

Flocons de Sel organise également des cours de cuisine à 60€ par cession. Ils sont plutôt accessibles au plus grand nombre pour devenir un as des sauces et autres apéritifs de légumes ou confection de macarons maisons…

 

Val Thorens, un cadre atypique pour une cuisine soumise aux lois de l’altitude


Jean Sulpice, chef doublement étoilé au guide Michelin, officie à Val Thorens depuis quelques années déjà. Le restaurant gastronomique Jean Sulpice a été récompensé par les reconnaissances culinaires les plus prestigieuses : « Relais & Châteaux », « Guide Michelin », « Les Grandes Tables du Monde » et « Gault & Millau » (Trophée Gault et Millau d'Or 2013).

Il Joue la carte de la légèreté et de la fraîcheur en variant les cuissons, les saveurs et les textures pour une cuisine saine, inventive et authentique tout en délicatesse. Chaque plat raconte une histoire, fruit d’une balade, d’une odeur, d’une rencontre, d’un voyage. Oxalis, calament, reine des Près, carvi, livèche, fleur de sureau, achilée millefeuille, pimprenelle, berce, silène : la flore de montagne est utilisée pour agrémenter de belles créations. Exemples : « Œufs de caille pochés, gelée de concombre, féra fumée et feuilles d’oxalis », « Pigeon cuit en croûte de sel à la verveine », « Mousse de beaufort, herbes de saison, coulis de betterave et lamelles de truffe noire », « Brochet, ail des ours et gingembre », « Le Chocolat, feuilles craquantes et ganache au cœur de Guanaja 80%, confiture de Cassis et sorbet Persil » : miam !

Petite anecdote : passionné par la transmission du goût et des saveurs, ce père d’un petit garçon de 5 ans est le seul chef étoilé à confectionner les repas d’une crèche, celle de Val Thorens en l’occurrence. Son objectif : sensibiliser, éduquer et transmettre la qualité de la nourriture aux enfants.

 

D’autres tables étoilés et remarquables aux quatre coins des sommets français


D’autres tables d’exception, récompensées de deux étoiles au Guide Michelin sont à mentionner comme La Bouitte à Saint-Martin-de-Belleville tenu par René et Maxime Meilleur qui créent des mets uniques à deux pas des pistes des Ménuires. Ou encore le Restaurant Albert 1er où le chef étoilé Pierre Maillet invite ses hôtes à un voyage épicurien en terre inconnue, là où le goût règne en maître !

Sous d’autres altitudes, des tables remarquables méritent un détour lors de ses prochaines sorties au ski. Du côté des 2 Alpes, direction le restaurant étoilé au Guide Michelin Le P’tit Polyte où le jeune chef Mathew Hegarty exprime son immense talent. Vous laisseriez-vous tenter par un « foie gras mi-cuit accompagné de fruits d’hiver et sa gelée de vin épicée » ? Menus de 55 à 73€.

A la Tania : Le Farçon mené par le chef Julien Machet, le restaurant Palégrié de l’hôtel du Golf à Corrençon-en-Vercors, Le Bistrot à Chamonix et La Table de l’Ours à Val d’Isère où le Chef Alain Lamaison travaille une carte qui attire les gourmets pour sa réinterprétation créative et sans cesse renouvelée des standards de la cuisine de montagne.

 

Vous l’aurez compris : la gastronomie et le ski vont de pair dans de nombreuses stations. Les restaurants cités ici ne sont que quelques exemples et il sera possible à tous les skieurs désireux d’éveiller leur palet ou de satisfaire leur gourmandise, de trouver une table digne de ce nom, pour un moment culinaire unique en altitude…